Nantes: Comment les ponts de la métropole sont-ils surveillés?

URBANISME Le pont du Général-Audibert est surveillé en permanence par 26 capteurs de mouvement. Un cas particulier dans l'agglomération nantaise...

Frédéric Brenon

— 

Le pont du Général-Audibert enjambe la Loire à Nantes.
Le pont du Général-Audibert enjambe la Loire à Nantes. — F.Brenon/20Minutes

Le pont du Général-Audibert, qui relie l’île de Nantes à la chaussée de la Madeleine, a été préventivement fermé à la circulation pendant deux jours après le déclenchement d’un capteur d’alerte. Après vérification, il s’agissait en fait d’une fausse alerte, l’appareil en question ayant tout simplement « dysfonctionné », rassure Nantes métropole. La circulation a donc repris ce lundi à 11h.

Si le pont Audibert est analysé en permanence par 26 capteurs de mouvement, c’est parce qu’il est le pont de Loire « le plus ancien de Nantes ». C’est aussi, et surtout, parce que sa culée (extrémité du pont sur laquelle repose le tablier) sud bouge de manière légèrement excessive depuis les années 1980. L’ouvrage nécessite donc une « haute surveillance » pour détecter un « éventuel risque pour la sécurité ». Qu’en est-il des autres ponts nantais ?

Des contrôles tous les 3 ans et 9 ans

Aucun des 600 autres ponts (250 franchissent des cours d’eau, 350 des routes ou dénivelés) gérés par Nantes métropole ne dispose de capteurs. Ils font l’objet d’une inspection détaillée tous les 9 ans. « Un bureau d’études spécialisé examine minutieusement l’ouvrage, y compris sous le tablier, y compris les parties immergées », explique Anne-Charlotte Gasser, responsable du service des ouvrages d’arts à Nantes métropole. Chaque pont bénéficie également d’une inspection semi-complète, limitée aux éléments accessibles à pied, tous les 3 ans.

Un rythme de contrôles valable aussi bien pour le pont Anne-de-Bretagne, fréquenté par 25.000 véhicules chaque jour, que pour les ponts Jules-César et de la Motte-Rouge, bâtis au XIXe siècle. Une exception toutefois : le pont de la Rotonde reliant le cours John-Kennedy à l’avenue Carnot (près du Lieu unique) est surveillé de près tous les ans car sa structure métallique, installée dans les années 1980, « devait être provisoire », justifie Anne-Charlotte Gasser.

Pas de capteurs sur le pont de Cheviré

Sur le périphérique nantais et sur les routes nationales, c’est l’Etat, via la Direction interdépartementale des routes Ouest, qui est compétent. Mais, comme pour Nantes Métropole, les ponts ne disposent pas de capteurs de mouvement. Pas même les spectaculaires ponts de Cheviré et de Bellevue !

« Ils font l’objet d’une visite annuelle de contrôle par nos équipes. Et d’une inspection détaillée tous les 3 et 6 ans par des professionnels spécialisés en ouvrages d’art », indique la Dir Ouest.

Quant à l’effondrement du viaduc Morandi à Gênes (Italie), le 14 août, il n’a « pas modifié le système de surveillance », jugé « bien rodé », précise Nantes métropole.