Le « jeu » stupide de Pontchâteau aux assises

ACCIDENT Ils avaient tué le passager d'une voiture en jetant des morceaux de goudron sur la 2 x 2 voies Nantes-Vannes...

Guillaume Frouin

— 

Me Collard, l’un des deux avocats des parties civiles.
Me Collard, l’un des deux avocats des parties civiles. — V. CAPMAN / SIPA

Pour eux, c’était un « jeu ». Les deux adolescents, qui jetaient en avril 2006 à Pontchâteau des pierres du haut d’un pont sur la 2 x 2 voies Nantes-Vannes, sont jugés à partir d’aujourd’hui et pour trois jours par la cour d’assises des mineurs de Loire-Atlantique.Un morceau de goudron de 3 kg avait en effet transpercé le pare-brise d’une voiture, et tué son passager avant âgé de 13 ans. Fabrice Ferrand, qui rentrait avec sa famille chez lui à Guéhenno (Morbihan), revenait alors du déménagement de son frère à Couëron. Les deux jeunes de Pontchâteau étaient, quant à eux, ivres et avaient pris la fuite après leur geste.
Al’époque, le drame avait suscité une énorme émotion. La mère de la victime, veuve depuis 2001, avait alors reçu personnellement le soutien de Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur de l’époque.
Ases côtés, sur le banc des parties civiles, devrait normalement siéger le très médiatique Me Gilbert Collard. L’avocat a néanmoins prévu d’assurer également la défense de l’un des deux assassins présumés de Nelly Crémel, dont le procès débute aussi aujourd’hui devant la cour d’assises de Seine-et- Marne.