Nantes: Près de 300 migrants ont quitté ce vendredi les gymnases réquisitionnés

SOCIETE Le relogement des 700 migrants évacués du square Daviais se poursuit...

F.B.
— 
Un demandeur d'asile venu d'Afrique dort dans un gymnase réquisitionné à Nantes.
Un demandeur d'asile venu d'Afrique dort dans un gymnase réquisitionné à Nantes. — S.Salom-Gomis/Sipa

Les cinq gymnases réquisitionnés par la mairie de Nantes pour l’hébergement d’urgence de migrants se vident peu à peu. Ce vendredi, 300 demandeurs d’asile supplémentaires ont en effet été transférés vers des nouveaux lieux d’hébergement, annonce la mairie de Nantes.

Concrètement, 179 personnes sont parties vers un bâtiment désaffecté de l’ancienne caserne Mellinet, quartier Saint-Donatien à Nantes. Soixante-dix ont été mises à l’abri dans un immeuble de la rue Gaston-Turpin mis à disposition par le diocèse. Cinquante autres ont été pris en charge par l’Etat.

La majorité a été relogée

Ce vendredi soir, ce sont donc 587 migrants, sur les 700 évacués le 20 septembre du bidonville du square Daviais, qui auront été orientés vers des « hébergements plus durables ». Environ 288 demandeurs d’asile avaient déjà été relogés ces derniers jours à Saint-Brévin-les-Pins, Saint-Herblain et Nantes.

La ville de Nantes rappelle qu’elle « prend en charge les coûts liés à l’accompagnement assuré par les associations, à l’équipement et au fonctionnement des locaux, ainsi que l’alimentation des personnes ».

Tous les gymnases réquisitionnés devraient être libérés d’ici à la fin des vacances scolaires, assure la mairie.