Nantes: L'imposant bâtiment Cap 44 ne sera pas démoli mais transformé

URBANISME L'ancienne minoterie, qui se trouve entre la Loire et le futur site de l'Arbbre aux hérons, sera partiellement sauvegardée...

Frédéric Brenon

— 

L'immeuble Cap 44 est situé en bord de Loire, quartier Chantenay.
L'immeuble Cap 44 est situé en bord de Loire, quartier Chantenay. — F.Brenon/20Minutes

Il est imposant, pas franchement beau, et se trouve pile entre la Loire et la carrière Miséry, laquelle doit accueillir le projet de Jardin extraordinaire et d’ Arbre aux hérons d’ici à 2022. Pour autant, le bâtiment Cap 44 ne sera pas démoli, a annoncé ce mardi la maire de Nantes, Johanna Rolland. L’immeuble, inoccupé depuis plusieurs mois, sera transformé.

Un choix dicté par la dimension historique de cette ancienne minoterie (Les Grands moulins de la Loire) érigée en 1895 avec une structure en béton armé selon le procédé Hennebique. « La minoterie a fourni en farine la biscuiterie LU et de nombreuses boulangeries nantaises. Quand au procédé Hennebique, il était révolutionnaire dans le monde entier à l’époque. C’est important de garder une trace de ce savoir-faire », justifie Olivier Château, adjoint au maire en charge du patrimoine.

Le bardage bleu en moins, de la transparence en plus

Concrètement, le Cap 44 sera débarrassé de son bardage bleu. La partie ouest, jugée la plus remarquable, sera conservée, tandis que la partie est sera abaissée (dans des proportions restant à l’étude) pour libérer la vue sur la Loire. A l’intérieur, un étage témoin du procédé Hennebique sera proposé. Le rez-de-chaussée sera ouvert au maximum pour « donner de la transparence ». Sur le toit, un belvédère est envisagé.

Le bâtiment Cap 44 en bord de Loire à Nantes.
Le bâtiment Cap 44 en bord de Loire à Nantes. - F.Brenon/20Minutes

Quant aux usages du bâtiment, ils ne « sont pas arrêtés » mais deux priorités sont avancées : garder un « espace de proximité » pour les riverains du quartier Chantenay et consacrer « au moins 1.000 m2 » à des « activités inspirées de l’univers de Jules-Verne ». L’installation de services liés à l’Arbre aux hérons voisin (restauration, boutique…) « n’est pas exclue ». Les travaux débuteront mi 2020 pour une livraison d’ici à 2022.

Les créateurs des Machines n’étaient pas pour

« Nous avons voulu prendre le temps de la réflexion car cette décision n’avait rien d’évident », commente Johanna Rolland, maire de Nantes, en référence à la concertation citoyenne organisée pendant plusieurs semaines sur le sujet.

L’idée d’une transformation du Cap 44 était défendue par le Collectif des associations du patrimoine industriel et portuaire nantais et par Bernard Reichen, l’architecte en charge du renouvellement urbain du quartier Bas-Chantenay. En revanche, de nombreuses personnes préconisaient la démolition pure et simple du bâtiment. Les concepteurs de l’Arbre aux hérons étaient de celles-là. « No comment », réagit ce mardi Pierre Oréfice, directeur des Machines de l’île.