Nantes: Critiques, performance, fraude, drame... Le directeur de la TAN se livre avant de partir

TRANSPORTS En poste depuis 20 ans, le directeur de la Semitan, Alain Boeswillwald, part à la retraite fin octobre...

Frédéric Brenon

— 

Alain Boeswillwald, 69 ans, est entré à la TAN en 1990.
Alain Boeswillwald, 69 ans, est entré à la TAN en 1990. — F.Brenon/20Minutes
  • Alain Boeswillwald dirige la Semitan depuis 1998, une entreprise qui emploie 1.900 salariés aujourd'hui.
  • En 20 ans de direction, il a piloté le lancement de la ligne 3 de tram, de la ligne 4 de busway, du navibus et des chronobus.

Il est à la tête d’une des plus grosses entreprises des Pays-de-la-Loire (1.900 salariés). Salarié de la Semitan depuis 30 ans, directeur général depuis 20, Alain Boeswillwald partira à la retraite ce mardi soir. Pour 20 Minutes, il livre son regard sur l’évolution d’un réseau réputé qui a accompli l’an dernier plus de 136 millions de voyages.

L’exigence du public. « Quand j’ai commencé à la Semitan, on disait que les transports en commun c’était pour les personnes âgées, les scolaires et les chômeurs. Ça a complètement changé. Le rapport aux clients aussi. On a beaucoup développé la dimension service. Ils ont du choix, sont beaucoup plus exigeants, malgré un environnement plus compliqué pour nous en raison de la congestion de la circulation et des problèmes de sûreté. Souvent les réseaux sociaux s’enflamment sans vision globale des choses. Mais on progresse aussi grâce à ça. »

Les insultes, les agressions. « Le métier est plus dur parce que la société est moins respectueuse des uns et des autres. Il y a davantage d’insultes et d’agressions. Même si le bus est en retard, ça ne sert à rien de dire au conducteur que c’est un con oui de lui cracher à la figure ! C’est inadmissible ! Forcément, ça génère du stress. On accompagne nos salariés, on essaie de les protéger, mais nos moyens d’action sont limités. S’il y a un sujet d’inquiétude pour moi à l’avenir, c’est celui-là. »

« On travaillait sur un tramway pour la nouvelle ligne 4. La décision politique a été différente »

Les moyens à disposition. « Même s’il y a eu parfois des petites difficultés, j’ai toujours eu le sentiment que la métropole donnait les moyens suffisants à la Semitan de réaliser ses missions. C’est l’une des chances de l’entreprise. Je pense avoir aussi toujours été écouté par les élus. Seul l’épisode de la création du busway nous a surpris. On travaillait sur un tramway pour la nouvelle ligne 4, la décision politique a été différente. Rétrospectivement, ça a été un bon choix, même si aujourd’hui le busway est victime de son succès. Ça nous a obligés à être imaginatifs. »

Le busway de Nantes circule en site propre.
Le busway de Nantes circule en site propre. - JS Evrard/Sipa

Nantes, un temps d’avance. « On a la réputation d’être innovants et elle n’est pas usurpée. Le retour du tramway, les bus à haut niveau de service, on a été des précurseurs. Le navibus, le m-ticket, le paiement à l’usage plafonné, pareil. Bientôt on lancera le e-busway. Et ce n’est pas non plus un hasard si on travaille aujourd’hui sur l’hydrogène. Quand on a eu un petit temps d’avance, il faut essayer de le garder. »

Le vieillissement du matériel. « Comme on a été les premiers en France à réintroduire le tramway [1985], on a une difficulté : c’est le vieillissement de notre parc. Les premières rames Alstom, je pense que nous sommes désormais les seuls au monde à savoir les entretenir. On est le seul réseau de tram à avoir trois types de rames, bientôt quatre. Ça veut dire des stocks de pièces détachées, des technicités à maîtriser… Mais faire le pari de maintenir en état le réseau, ça a du sens. »

« Il suffit de 50 couillons à s’asseoir à Commerce pour bloquer tous les trams »

Commerce, passage incontournable. « On nous dit : votre réseau est trop centralisé, trop en étoile. Effectivement, c’est l’une de nos grandes fragilités : il suffit de 50 couillons à s’asseoir à Commerce pour bloquer tous les trams ! C’est le fruit de la géographie de la ville, marquée par ses cours d’eau. Mais on essaie de corriger ça en développant une toile d’araignée par les lignes extérieures, comme avec la ligne 10, la C20, la 50, ou la 30 au sud. La nouvelle ligne de tram sur l’île de Nantes sera aussi un début de maillage. »

La hausse des tarifs. « Oui, c’est une critique qui m’agace. C’est vrai qu’il y a eu ces dernières années une volonté de rattrapage. Mais quand on regarde les statistiques, on est dans la moyenne des grands réseaux français. A l’étranger, c’est souvent beaucoup plus cher. Ce qu’il faut bien comprendre c’est que les usagers ne paient aujourd’hui que 40 % du coût de fonctionnement, beaucoup moins si on compte les investissements. Donc ce que les clients ne paient pas par leurs tarifs ils vont le payer par l’impôt ! Il ne faut pas oublier non plus qu’on aide les gens aux revenus les plus modestes. Si le service est de qualité, le prix ne freine pas la fréquentation. On le constate. »

Un contrôle de billet dans un tram de la TAN
Un contrôle de billet dans un tram de la TAN - FABRICE ELSNER/20 MINUTES

« Ça ne vaut pas le coup de se prendre un poing dans la gueule pour récupérer deux euros »

La lutte contre la fraude. « Les situations irrégulières pèsent environ 9 % des voyages. C’est monté jusqu’à 16 % avant qu’on mette en place la montée par l’avant dans les bus. Je pense que c’est un taux qui reste à un niveau socialement supportable. Si on devait lutter sérieusement contre la fraude, ça nécessiterait des moyens bien plus importants pour des résultats incertains. Et puis le contrôle est devenu un métier difficile. Ça ne vaut pas le coup de se prendre un poing dans la gueule pour récupérer 2 euros. »

Son souvenir le plus drôle. « C’est l’inauguration de la ligne 4 [4 novembre 2006]. Le busway inaugural était bondé, avait du mal à démarrer, et a dû s’arrêter deux fois en raison de manifestations de riverains. Lancer un truc qui merdouille devant toutes les huiles, on avait l’air un peu con. On en rigole avec le recul. »

Son souvenir le plus douloureux. « Un accident mortel. Ce gamin coincé sous un tramway sur la ligne 2 [le 28 avril 2013, un enfant de 3 ans avait chuté sous un tram puis été traîné entre les stations René-Cassin et Orvault-Grand Val]. C’est un drame qui prend aux tripes. Terrible. Le conducteur est marqué à vie. Il se sentait coupable même si sa responsabilité n’était pas engagée. On n’a pas arrêté de se dire : qu’est-ce qu’on aurait pu faire pour éviter ça ? Ensuite, la colère, la violence des gens contre la Semitan m’a frappé. Quand on a refait circuler les tramways dans le quartier, ça a été extrêmement tendu. »

« Il faut remettre un peu plus de moyens humains »

« Ce qui me fait le plus plaisir pour les salariés c'est que, globalement, les Nantais ont une bonne image de la Semitan. Il y avait une époque où les transports publics n'étaient pas des métiers très valorisants. Ça veut dire que l'entreprise a bien progressé, a su rester performante, en gardant un certain équilibre social, même s'il y a des tensions par moments. Je pense qu'on a fait un très bon usage des moyens, peut-être un usage de trop bon gestionnaire. On a poussé très loin la performance économique à la Semitan. Peut-être qu'il faut remettre un peu plus de moyens humains.»