Nantes: Le transfert de l’aéroport est à nouveau réclamé

URBANISME Les associations de riverains doutent de la possibilité de réaménager Nantes-Atlantique. La préfète, elle-même, n’exclut pas qu’un transfert se fasse un jour…

Frédéric Brenon

— 

Un avion se pose sur l'aéroport Nantes-Atlantique.
Un avion se pose sur l'aéroport Nantes-Atlantique. — Fabrice Elsner/20MINUTES

Neuf mois après l’abandon officiel du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, le trafic de l'aéroport Nantes-Atlantique continue de progresser à vitesse grand V. La fréquentation des neuf premiers mois de l’année connaît ainsi la plus forte croissance des grands aéroports français (+13 %), selon le dernier bilan du concessionnaire Vinci. Au sol, les nuisances sonores vont également crescendo.

« L’aéroport ne pourra pas rester sur ce site enclavé »

Inquiet pour l’avenir, le collectif de riverains Coceta, soutenu par plusieurs élus du sud-Loire, réclame à nouveau un transfert de l’aéroport, « seule solution pour véritablement protéger la population dans un secteur urbain aussi dense ». L’association Des Ailes pour l'Ouest, à l’époque fervente défenseure du site de Notre-Dame-des-Landes, porte le même discours, sans proposer de lieu de repli.

« L’Etat est au pied du mur et sait parfaitement bien que l’aéroport ne pourra pas rester sur ce site enclavé. L’Etat ne peut s’affranchir d’une alternative au site actuel dans le cadre de la concertation publique qui s’annonce début 2019 », clame Des Ailes dans l’Ouest.

« Ce ne sera pas à Notre-Dame-des-Landes »

Plus surprenant, la préfète de Loire-Atlantique, Nicole Klein, se montre également dubitative sur le maintien à long terme de l’aéroport de Nantes sur son site actuel. « Nantes-Atlantique est un dossier très difficile, a-t-elle confié à Ouest-France. […] Je ne dis pas qu’il n’y aura jamais de transfert. Peut-être qu’un jour, dans dix, vingt ou trente ans quelqu’un dira qu’il faut transférer. Mais le Premier ministre a été très clair, ce ne sera pas à Notre-Dame-des-Landes où la vocation agricole est réaffirmée. »