Nantes Rezé: Amandine Michaud, la petite locale qui shoote, qui shoote...

BASKET FEMININ Amandine Michaud pourrait bien se faire une place de titulaire à Nantes Rezé, club où elle a été formée…  

David Phelippeau

— 

Amandine Michaud (en bleu).
Amandine Michaud (en bleu). — Shoot'Lo
  • Le Nantes Rezé basket commence son championnat de Ligue à Coubertin, à Paris, contre Montpellier, ce dimanche.
  • Dans ses rangs, une joueuse du cru : Amandine Michaud.
  • Cette arrière-shooteuse pourrait bien jouer un rôle très important cette saison au NRB.

C’est un peu une histoire de gènes. Dans la famille « shooteuse », je veux la fille Amandine Michaud. Cette arrière de 20 ans, qui a fait toutes ses classes à Rezé, commence le championnat de Ligue avec Nantes Rezé, ce dimanche face à Montpellier (à l’ Open à Paris).

« Elle n’est pas là seulement pour faire le nombre, ce n’est pas qu’un faire-valoir », explique d’emblée son coach Manu Coeuret. Amandine, « c’est un profil rare », selon le technicien. « Je suis attirée par le panier, résume l’intéressée. Et ma force principale c’est ça. » Le week-end dernier, lors du pré-Open, elle l’a montrée : 14 points contre Montpellier et 17 le lendemain contre Basket Landes. « Mes parents étaient des shooteurs et mon frère, qui joue en R1 à Rezé aussi. J’ai découvert ce rôle en minimes… »

Yuliya Andreyeva, un exemple pour elle

Et une ancienne joueuse de Nantes Rezé a contribué à développer chez Amandine cette appétence pour le tir. Son nom : Yuliya Andreyeva, ex-ailière emblématique du club rezéen (2005-2017). Une machine à trois points. « Quand j’étais petite, c’était celle que j’observais le plus sur le terrain, raconte Amandine, qui prépare un BTS comptabilité. J’ai même un maillot d’elle chez moi… C'était une sensation bizarre quand on a finalement joué ensemble. J'étais tellement fan d'elle.»

En attendant, rien ne laissait penser que cette Rezéenne allait signer pro cet été. « Pour moi, ça me semblait impossible vu mon cursus, reconnaît Amandine. Je n’ai pas fait de pôle espoirs comme de nombreuses joueuses de l’élite. » Et comme beaucoup de partenaires qu’elle fréquente en équipe de France U18-U19 et U20. « Mais, elle ne sort pas comme ça d’un tiroir, poursuit le coach Coeuret, qui lui a déjà fait confiance sur un temps de jeu restreint la saison dernière. Elle a gravi les échelons. Elle n’a pas que l’adresse, elle défend, elle crée, elle court sur jeu rapide. Elle a su gagner le respect des cadres grâce à ses performances. Ce n’est plus la petite jeune, elle peut devenir titulaire, mais elle doit travailler physiquement et devenir plus athlétique. »

Un passage obligé pour qu’Amandine devienne la première pousse du centre de formation rezéen à se faire une place au soleil au sein de l’effectif des grandes du NRB.