Nantes: Le nom du lycée de Carquefou ne fait pas l'unanimité, la région impose son choix

EDUCATION Le conseil régional a baptisé l'établissement Honoré-d'Estienne-d'Orves, malgré le refus du conseil d'administration du lycée...

Frédéric Brenon

— 

Le nouveau lycée de Carquefou
Le nouveau lycée de Carquefou — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Ouvert en septembre 2017, le lycée public de Carquefou porte un nom depuis ce 19 octobre.
  • La région a choisi de l'appeler Honoré-d'Estienne-d'Orves, en hommage au grand résistant français.
  • L'avis de la communauté d'éducative du lycée n'a pas été retenu.

Il y a un an, le nouveau lycée public (général et technologique) de Carquefou ouvrait ses portes​. Flambant neuf, résolument écologique, l’établissement de 900 élèves impressionnait par sa dimension pédagogique avant-gardiste (outils numériques, recours au smartphone, flexibilité des modules d’enseignement…). Seul ombre au tableau : le lycée n’avait pas encore de nom.

Le conseil régional, gestionnaire des lycées des Pays-de-la-Loire, avait bien choisi Honoré d’Estienne d’Orves, officier de la marine française et grand résistant fusillé par  les Nazis en 1941. Mais ce choix n’emballait pas la communauté éducative qui préférait une personnalité davantage en adéquation avec la vision d’avenir du lycée, un scientifique par exemple.

Peu après la rentrée, une concours avait même été organisée par les élèves et enseignants afin de formuler des contre-propositions jugées plus pertinentes : les noms d’Hubert Reeves (astrophysicien), Alan Turing (mathématicien et cryptologue) et  Michel Serres (philosophe) avaient alors été suggérés.

Le nom d’Honoré d’Estienne d’Orves bientôt attribué

Un an plus tard, le lycée de Carquefou vient seulement d'être baptisé. La région Pays de la Loire, qui a toujours défendu le nom d’Honoré d’Estienne d’Orves, avait essuyé un nouveau revers le 27 septembre lorsque le conseil d’administration du lycée avait voté contre ce choix, à une large majorité. Qu’importe, la collectivité, à qui revient le dernier mot, entendait aller jusqu’au bout. Elle a fait voter ce 19 octobre, lors d'une session du conseil régional, la nomination officielle du lycée Honoré-d’Estienne-d’Orves.

« La mairie de Carquefou nous a donné son accord. Le conseil d’administration du lycée a rendu un avis défavorable. C’est dommage mais c’est notre responsabilité de choisir et de mettre en valeur les personnalités que nous souhaitons. Honoré d’Estienne d’Orves est un personnage historique porteur des valeurs régionales. Nous sommes fiers de ce choix », argumente Antoine Chéreau (MPF), vice-président du conseil régional.

La gauche dénonce un « passage en force »

Pourquoi ne pas avoir tenu compte de la consultation organisée au sein du lycée ? « C’était leur initiative, elle n’était pas dans la procédure. Mais nous avons souhaité valoriser cette démarche en baptisant certains lieux en référence à leurs choix, comme l’amphithéâtre qui s’appellera Alan Turing. » « 

L’opposition de gauche au conseil régional, par ailleurs peu enthousiasmée par l’appétence royaliste et la ferveur religieuse d’Honoré d’Estienne d’Orves, dénonce une « faute » et un « passage en force ». « A quoi cela a-t-il servi de nous demander notre avis? s'interroge également une représentante des parents d'élèves (FCPE), élue au conseil d'administration du lycée. La situation nous laisse dubitatifs mais on ne peut rien y faire. On savait que la région aurait le dernier mot. » « Généralement, les noms des établissements scolaires sont attribués avant même leur inauguration, sans dialogue. Là, il y en a eu », considère Antoine Chéreau.

De son côté, la proviseure du lycée souhaite désormais passer à autre chose. « Il y a de la déception chez les élèves et le personnel, bien sûr, reconnaît Dominique Faure. Mais on prend acte de la décision de la région, sans ressentiment. On va plutôt s'appuyer sur le parcours d'Honoré d'Estienne d'Orves pour mener un travail de découverte et de mémoire en histoire-géo. Ce sera plus constructif. »