Nantes: Des centres spécialisés où l'on déclare la guerre aux poux

SANTE Deux centres anti-poux ont ouvert leurs portes récemment à Nantes. Les clients viennent parfois de très loin...

Frédéric Brenon

— 

Chez Kids'Poux Nantes, on aspire les poux vivants avant d'éliminer les lentes au peigne.
Chez Kids'Poux Nantes, on aspire les poux vivants avant d'éliminer les lentes au peigne. — F.Brenon/20Minutes

Après chaque rentrée scolaire, c’est un grand classique dans les crèches et écoles : les poux sont de retour! Pour les familles victimes du petit parasite, le réflexe est bien souvent d’aller voir en pharmacie quels sont les traitements disponibles. Mais depuis peu de temps, à Nantes, deux centres anti-poux proposent des méthodes alternatives naturelles.

Installée quartier Gloriette depuis un an, l’enseigne Bye Bye Nits souffle de l’air chaud à 58°C sur les cheveux, « ce qui a pour effet de tuer par déshydratation le pou et ses œufs [les lentes] », explique Delphine Plévert. La gérante, qui a lancé l’activité après avoir « bien connu la galère des poux » avec ses quatre enfants, retire ensuite les cadavres avec une sorte d'aspirateur, puis passe le crâne au peigne fin. La séance dure environ deux heures et coûte de 65 euros à 95 euros, selon la longueur des cheveux.

Chez Kid’s Poux, ouvert quartier Saint-Jacques depuis avril, les poux sont aspirés vivants. Les lentes sont ensuite décrochées minutieusement au peigne adapté, puis la chevelure est auscultée à la loupe. Les prix varient de 34 euros à 94 euros les deux rendez-vous.

Chez Bye Bye Nits, on chauffe les cheveux afin de déshydrater les poux.
Chez Bye Bye Nits, on chauffe les cheveux afin de déshydrater les poux. - F.Brenon/20Minutes

Des ados, des jeunes enfants, des adultes aussi

Si leurs méthodes diffèrent, les deux centres promettent la même efficacité « pendant plusieurs semaines », sous réserve que « les familles suivent ensuite les conseils de prévention ». Leur public est également le même. « De nombreux adolescents, des enfants en bas âge, pas mal d’adultes aussi, raconte Virginie Thoby, gérante de Kid’s Poux Nantes. Le pou se déplace par contact entre cheveux. Il peut aussi traîner sur un vêtement, un fauteuil ou dans la piscine. Il ne fait pas de distinction entre cheveux propres et sales. Tout le monde peut donc être concerné. »

Les clients arrivent de toute la Loire-Atlantique et parfois de plus loin, « de Bretagne, de Normandie, de Charentes… ». « Je ne m’y attendais pas », s’étonne Virginie Thoby.

« On n’en pouvait plus, on ne pensait qu’à ça »

Souvent, ils confient la même histoire que Dorothée, venue avec sa fille de 8 ans. « Ambre se grattait beaucoup. On a dépensé des dizaines d’euros en produits anti-poux, sans succès. Sa grand-mère en a attrapé à son tour. Au bout de trois mois, on n’en pouvait plus, on ne pensait qu’à ça. On recherchait aussi un traitement moins agressif pour la peau. »

« Ma fille de 17 ans en a depuis le collège. Elle ne s’en sort pas. On a même envisagé de lui raser la tête », avoue également une habitante de Mésanger qui vient de prendre rendez-vous.

Chez Kids'Poux Nantes, l'intervention s'achève par une vérification minutieuse.
Chez Kids'Poux Nantes, l'intervention s'achève par une vérification minutieuse. - F.Brenon/20Minutes

« Ils n’en parlent pas parce que c’est tabou »

« Certains luttent pendant plusieurs années, ont baissé les bras, constate la gérante de Bye Bye Nits. Ils n’en parlent pas parce que c’est tabou. Au sein d’une même famille, la présence des poux altère les rapports entre parent et enfant, entre frère et sœur. Tout le monde se méfie de la "tête à poux". C'est dur à vivre. »

« J’ai rencontré des parents désespérés qui ont mis de l’insecticide ou du produit anti-puces sur la tête de leurs enfants ! C’est insensé. Des simples gestes de prévention (attacher ses cheveux, éviter les seflies, faire attention aux prêts de casques et bonnets, etc.) suffiraient à éviter la plupart des infestations », estime la responsable de Kid’s Poux Nantes.

Aidés par le bouche-à-oreille, les deux centres anti-poux nantais revendiquent avoir déjà traité plus de 500 clients chacun. Kid’s Poux s’apprête à embaucher deux personnes.