Nantes: Au laboratoire Arc'Antique, on bichonne les objets archéologiques

PATRIMOINE La Loire-Atlantique dispose d'un des laboratoires de restauration les plus réputés en France...

Frédéric Brenon

— 

Arc'Antique dispose d'un studio de photographie et radiographie.
Arc'Antique dispose d'un studio de photographie et radiographie. — F.Brenon/20Minutes

C’est un laboratoire qui fait la « fierté de la Loire-Atlantique » car il en existe peu de semblables en France. Basé quartier Michelet à Nantes, Arc’Antique est spécialisé dans la restauration d’objets archéologiques. Bois, céramique, métaux, verre… Chaque année, plus de 500 pièces, parfois vieilles de plusieurs siècles, passent entre les mains de ses 10 experts. 

Il peut s’agir de découvertes issues de fouilles, qu’il faut reconstituer, coller voire combler lorsqu’il manque des parties. Un traitement contre l’humidité, la corrosion ou le sel est alors souvent nécessaire. Propriété du conseil départemental, Arc’Antique est d’ailleurs l’un des seuls laboratoires en France à maîtriser les techniques d’électrolyse pour nettoyer le patrimoine sous-marin. Ces derniers jours, il travaille par exemple sur un canon du XVIIe siècle et une hélice d’hydravion de la Seconde Guerre mondiale.

Arc'Antique intervient parfois sur des très gros objets, comme ceux-ci découverts sous la mer.
Arc'Antique intervient parfois sur des très gros objets, comme ceux-ci découverts sous la mer. - F.Brenon/20Minutes

Des clients de partout en France

« On reçoit parfois des objets particulièrement fragiles et compliqués à restaurer, comme cette crosse du XIIIe siècle trouvée dans une sépulture d’abbé ou ce boomerang en bois âgé d’environ 3.000 ans. On se pose sans arrêt des questions sur le traitement le mieux adapté », explique Charlène Pelé-Mezziani, directrice adjointe d’Arc’Antique.

Un expert d'Arc'Antique restaure un crosseron religieux du 13e siècle.
Un expert d'Arc'Antique restaure un crosseron religieux du 13e siècle. - F.Brenon/20Minutes

En dehors des réparations, Arc’Antique est également sollicité pour des objets ou œuvres d’art ayant simplement besoin d’un entretien minutieux (désencrassement, surépaisseur de cire à ôter…) avant une exposition.

« Nos clients viennent de partout en France, indique Charlène Pelé-Mezziani. Ce sont des musées, des collectivités, des associations, des services de l’Etat… On reçoit aussi des demandes de collectionneurs privés mais c’est marginal. »