Front syndical divisé face au « plan de redressement » au CHU de Nantes

Guillaume Frouin - ©2008 20 minutes

— 

A l'appel de Force ouvrière, de SUD et de la CFTC, environ deux cents agents du CHU ont manifesté hier matin devant l'Hôtel-Dieu, pour protester contre le « plan de redressement » opéré par Daniel Moinard. Le nouveau directeur général, installé fin avril pour trois mois, aurait réclamé aux différents services il y a quinze jours d'établir une « compression » de 4 % des effectifs. Objectif : résorber en partie le déficit prévisionnel de 33 millions d'euros. « Cela revient à ne pas renouveler deux cents à trois cents contractuels », s'alarme Christian Le Floc'h (CFDT). Son syndicat n'appelait pourtant pas hier à la grève (reconduite pour aujourd'hui), ni même à manifester. « Ce n'est pas l'outil le plus adapté », selon Christian Le Floc'h. « Ce n'est pas la direction qui prend les décisions, mais le ministère : 21 des 23 CHU de France sont dans la même situation. C'est à lui qu'il faut s'adresser. » La CGT, elle non plus, n'appelait pas à la grève... mais à un simple rassemblement lundi après-midi. « Les gens sont déjà fauchés, ce n'est pas à eux de payer », fulmine Gilles Brunot.