Nantes: Les associations de soutien aux migrants assignent les autorités

IMMIGRATION Plusieurs associations exigent l'hébergement des hommes vivant au square Daviais et l'amélioration de leurs conditions sanitaires...

Frédéric Brenon

— 

Audience du tribunal administratif portant sur l'avenir des migrants de Daviais.
Audience du tribunal administratif portant sur l'avenir des migrants de Daviais. — F.Brenon/20Minutes

Il y avait du monde ce mercredi matin devant le tribunal administratif de Nantes. La juridiction administrative examine en effet une requête déposée par plusieurs associations de soutien aux migrants. Celles-ci assignent la préfecture et l’Office français de l’immigration et de l’intégration afin d’obtenir l’hébergement des quelque 500 hommes vivant depuis plusieurs semaines dans des tentes au square Daviais, en centre-ville de Nantes, en vertu de « l’obligation de mettre à l’abri toute personne en situation de détresse ».

Des douches et toilettes demandées

Les associations assignent également la ville de Nantes, Nantes métropole, la préfecture et l’agence régionale de santé (ARS) afin d’obtenir une amélioration des conditions sanitaires sur le square. Elles réclament ainsi l’installation de trois points d’eau, de 15 douches, de 15 WC, de deux bennes à ordures. Elles exigent le déblaiement des déchets sur le site, la distribution de deux repas par jour, un accès sans restriction aux Bains-douches, un accès sans restriction à la laverie du centre communal d’action sociale (CCAS). Ces demandes se basent sur le « droit au respect de la dignité humaine ».

L'expulsion du square demandée par la ville

Mais l'avenir des migrants du square Daviais dépend probablement davantage d'une autre requête que le tribunal administratif de Nantes examine également ce mercredi matin. La ville de Nantes a en effet demandé l'autorisation de procéder à l'expulsion du square. Un revirement de situation car la mairie refusait jusque-là cette éventualité. Elle confie en parallèle travaillait à « une solution », sans en dévoiler les détails pour l'instant.

La décision du tribunal, pour chacune des requêtes, sera rendue dans les 48 heures. Cette même juridiction avait déjà autorisé l'expulsion du square Daviais, le 18 juillet dernier, à la demande de la préfecture.

Loire-Atlantique: Des élus appellent les mairies du département à accueillir des réfugiés