Nantes: L'aéroport investit pour repousser sa saturation

ECONOMIE L'aéroport cherche des solutions pour mieux accueillir ses clients malgré une fréquentation qui ne cesse de progresser...

F.B.

— 

L'aéroport Nantes-Atlantique.
L'aéroport Nantes-Atlantique. — F.Perry/AFP

En attendant d’éventuels travaux d’agrandissement, l’aéroport Nantes-Atlantique a investi cet été pour réduire sa saturation en période de grands départs. Ainsi, la zone d’embarquement du hall 4 a été agrandie, des locaux pour les tour-opérators ont été aménagés face à l’aérogare, de même qu’un espace pour le paiement des parkings et leur personnel.

Surtout, 18 bornes automatiques d’enregistrement de bagages ont été ajoutées au hall 3. « L’an passé on a investi sur les postes inspection-filtrage. Là, sur les banques d’enregistrement. Ça nous soulage, ça donne des perspectives », considère François Marie, directeur de Nantes-Atlantique.

Il reste de la place

Il n’empêche, les critiques sur l’engorgement de l’aérogare ou de ses salles d’embarquement se sont fait entendre en juillet-août. « Des gens debout, des files d’attente, il y en a dans tous les aéroports en été. C’est pareil dans les gares. Je ne suis pas sûr que la qualité de service se dégrade tant que ça quand il y a beaucoup de monde », estime François Marie.

Quant à la piste aux stationnements des avions, il « reste de la place », complète François Marie. « On a une bonne performance à Nantes. Certes, il y a la pointe de l’été, mais on l’a aussi dans d’autres aérogares », considère François Bacchetta, directeur général d’EasyJet, lequel vient d’annoncer l’ouverture d’une base à Nantes-Atlantique.

Le trafic de l’aéroport Nantes-Atlantique devrait avoisiner 6 millions de passagers en 2018, selon son directeur. Il en avait fait transiter 5,48 millions en 2017.

>> A lire aussi : EasyJet ouvre une base à Nantes et promet la création d'une centaine d'emplois