Le Nantes Atlantique Handball, et si c'était le club nantais qu'il fallait (à tout prix) suivre cette saison?

HAND Nouvelle salle, nouveau coach, nouvelles (grandes) joueuses…

David Phelippeau

— 

Alexandrina Barbosa, la star du NAHB.
Alexandrina Barbosa, la star du NAHB. — Julia Auguste
  • Le NAHB commence sa sixième saison d’affilée en LFH, mercredi soir (20h30), à Mangin, contre Nice.
  • Le club nantais ouvre une nouvelle ère avec de nombreux changements, dont un nouveau coach et des recrues de qualités sur le papier.
  • Se mêler à la lutte pour le titre de champion de France : c’est l’objectif du club nantais.

Le NLA est mort, vive le NAHB. Le club nantais de hand féminin n’a pas seulement modifié son nom et son logo, il semble avoir changé de dimension.

Pour sa sixième saison d’affilée dans l’élite de la discipline, le club, présidé par le chef d’entreprise Arnaud Ponroy, est taillé pour tutoyer les sommets français, voire européens (Coupe EHF). Sur le banc, un nouveau technicien et surtout une référence du hand féminin (passé par Fleury, Le Havre et Rostov notamment) : Frédéric Bougeant. Sur le terrain : une constellation d’étoiles.

Les changements, c’est maintenant au NAHB

Nouvelle salle (Mangin-Beaulieu), nouveau nom (NAHB), nouveau logo, nouveau staff, nouvelles têtes. « C’est le début d’une nouvelle ère », confiait le président Arnaud Ponroy, lors de la conférence de presse de lancement de la saison la semaine dernière. Le NAHB, qui commence sa saison en LFH mercredi soir à domicile (à 20h30) face à Nice, ne pourra pas se cacher. Frédéric Bougeant, le nouveau coach, le sait : « On ne bénéficie pas de l’effet de surprise. C’est de la faute de Sandy, quand elle arrive dans un club il n’y a plus d’effet de surprise, tout le monde est éveillé contre nous… (rires) »

Sandy, c’est Alexandrina Barbosa : la tête de pont du recrutement de Nantes. Taulière de l’équipe d’Espagne, Barbosa arrive avec un palmarès incroyable : six titres de champions dans cinq pays différents et trois finales de coupes d’Europe (dont une victoire avec Rostov en EHF Cup). « S’il n’y avait pas d’attente, on ne serait pas venu avec Sandy, poursuit Bougeant. C’est parce qu’il y a un projet qu’on est là. Je n’aime pas quand ça ronronne, donc là je suis heureux. »

Un recrutement majuscule à l’intersaison

Avec 1,6 million d’euros de budget, le NAHB n’est pas resté inactif sur le marché cet été. Frédéric Bougeant a réussi à attirer plusieurs grands noms : Camille Ayglon-Saurina (internationale française A, Bucarest), Catherine Gabriel (internationale française A', Besançon), Paule Baudouin (Fleury), Elaine Gomes (internationale brésilienne, Kastamonu Belediyesi en Turquie) etc.

Frédéric Bougeant, nouveau coach du NAHB.
Frédéric Bougeant, nouveau coach du NAHB. - D.P. / 20 minutes

Le top 3 (au moins) dans le viseur ?

Quatrième au final la saison dernière, le club nantais a les moyens de faire mieux, selon de nombreux spécialistes. « Metz, Brest et Nantes sont à mettre dans le même lot cette saison », expliquait la capitaine de l’équipe de France, Siraba Dembélé dans Ouest-France ce mardi matin. Arnaud Ponroy, le président nantais, va dans ce sens : « Il faut être en capacité d’embêter les deux gros du championnat de France que sont Brest et Metz […], faire quelque chose en Coupe de France, ce sont toujours des moments de fête et un peu magique […], et en Coupe d’Europe [EHF], on espère atteindre au moins la phase de poule. »

>> A lire aussi : Nantes: Le président Ponroy se fâche sur Facebook