Nantes: Qui était le jeune homme tué lors d'un contrôle de police la nuit dernière?

FAITS DIVERS La victime, âgée de 22 ans, se prénommait Boubakar. Originaire de la région parisienne, elle était recherchée par la police...

F.B.

— 

L'allée Henri-Chrétien, quartier du Breil à Nantes, à l'endroit même où la victime a été contrôlée avant d'être mortellement touchée par un coup de feu.
L'allée Henri-Chrétien, quartier du Breil à Nantes, à l'endroit même où la victime a été contrôlée avant d'être mortellement touchée par un coup de feu. — F.Brenon/20Minutes

C'est son décès, à l'issue d'un contrôle de police mardi soir, qui a déclenché la vague de colère dans les quartiers populaires de Nantes dans la nuit de mardi à mercredi. Ce jeune homme de 22 ans, prénommé Boubakar, est originaire du Val d'Oise, en région parisienne, mais résidait depuis plusieurs mois à Nantes dans un immeuble du Breil-Malville, où il avait de la famille.

Déjà connu des services de police, il était sous le coup d’un mandat d’arrêt délivré en juin 2017 par un juge d’instruction de Créteil, a indiqué le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès. Il était recherché pour vol en bande organisée, recel et association de malfaiteurs, a précisé le procureur. La voiture qu’il conduisait sans ceinture au moment du drame était sous surveillance, rapporte à 20 Minutes une source policière.

« Il n'était pas là depuis longtemps »

« C’est quelqu’un qui avait le sourire, qui rigolait, rapporte un  "ami" de la victime. Il ne cherche jamais les embrouilles. Au contraire, l'autre jour, quand ça a été chaud avec des jeunes de Bellevue, il a cherché à calmer les choses. » Un autre habitant raconte qu'il amait faire du futsal, qu'il avait « aidé ma mère à monter les courses ».

Un commerçant, qui affirme « connaître tout le monde dans ce petit village » qu'est le Breil, ne « voit pas de qui il s'agit ». « Il n'était pas là depuis longtemps, témoigne une voisine. Mais c'était quelqu'un de sympathique, il disait toujours bonjour. Il était jeune. Quelle que soit la raison, il ne méritait pas de mourir comme ça. »

La police assure que le policier a tiré en état de légitime défense. Une version contestée par des habitants du quartier du Breil qui affirment avoir assisté à la scène.

>> A lire aussi : VIDEO. Après les violences de cette nuit, les habitants «en état de choc»