Ils sont fans du Hellfest, «surtout pour l'ambiance»

MUSIQUE Les inconditionnels du festival metal de Clisson racontent leur passion…

Frédéric Brenon

— 

Des fans du Hellfest devant la scène principale du festival de Clisson.
Des fans du Hellfest devant la scène principale du festival de Clisson. — G.Gobet/20Minutes
  • Le 13e festival Hellfest se déroule de vendredi à dimanche à Clisson.
  • Au-delà de la programmation, les fans apprécient une ambiance unique.
  • Loin de certains clichés, les metaleux ont la réputation d'être très bienveillants les uns envers les autres.

Plus de 60.000 festivaliers sont attendus à partir de ce vendredi à Clisson (Loire-Atlantique) pour la 13e édition du Hellfest, l’un des plus grands rendez-vous européens de musiques extrêmes. Parmi eux, de nombreux fans nantais de la première heure qui ne rateraient l’événement « pour rien au monde ». Pourquoi une telle passion ? Pour la programmation bien sûr, mais aussi, et surtout, « pour l’ambiance », répondent-ils presque tous spontanément.

« C’est très très cool, raconte Cédric, 37 ans, charcutier. Les gens viennent de toute la France et de l’étranger, mais on est comme une grande famille. On rigole, on discute. S’il y en a un qui renverse son verre, on va l’aider. S’il tombe, on va le relever. Les métalleux sont hyper respectueux. »

Cédric, 37 ans, et Dorothée, 35 ans.
Cédric, 37 ans, et Dorothée, 35 ans. - F.Brenon/20Minutes

Pour Nathalie, secrétaire de 27 ans, la différence sur ce point avec les autres concerts est « incroyable ». « Ce n’est pas une légende, les gens sont vraiment bienveillants. Je n’ai jamais vu d’agressivité ou de vols par exemple. »

« Je peux être moi-même sans me prendre la tête »

Valentine, étudiante de 19 ans et déjà trois éditions à son actif, confirme. « Dans les autres festivals, les spectateurs restent en petits groupes. Au Hellfest, on est sûr de faire des rencontres. » Pour Fée, 31 ans, c’est aussi l’occasion d’être « acceptée » quel que soit son style. « Quand je sors de chez moi le reste de l’année, je vois bien qu’on me regarde. Ici je peux être moi-même sans me prendre la tête. Personne ne juge. »

Nathalie, 27 ans, et Alexandre, 27 ans.
Nathalie, 27 ans, et Alexandre, 27 ans. - F.Brenon/20Minutes

Au point de faire des envieux. « J’ai des amis dont le metal n’est pas du tout leur truc et qui sont venus pour voir comment c'était. Et ça leur a plu », se réjouit Nathalie. Même les enfants ? « On en voit de plus en plus, remarque Cédric. Mais les nôtres sont petits, on attend encore. Et puis c’est un moment à nous, la soupape de l’année. On se vide la tête pendant quatre jours, comme des vacances. »

« Une bataille de chariots au camping »

Fée, 31 ans, et Vincent, 34 ans.

Parmi ses meilleurs souvenirs, « le feu d’artifice en hommage au leader de Motörhead décédé » ou « le groupe Ghost qui a fait chanter des enfants sur scène ». Alexandre, 27 ans, médécin hospitalier, se rappelle d'une « bataille dingue de chariots de supermarché devant le camping » et de ne « plus toucher terre tellement on était serré pendant le concert des Ramoneurs de menhirs ». Aline, elle, se souvient être montée sur la « main stage, devant au moins 10.000 personnes, et d’avoir embrassé le guitariste de Steel Panther ». « La gadoue jusqu'aux genoux, la chaleur, les rencontres, les shows… De toute façon, à chaque édition on revient avec des souvenirs plein la tête », est convaincue Fée.

>> A lire aussi : Tribus, musiques extrêmes, look de campeurs... On casse les clichés sur le Hellfest et sur les metalleux