Nantes: Le marché de gros «le plus moderne de France» ouvrira ses portes dans huit mois

ECONOMIE Le nouveau MIN est en construction près de la porte de Rezé...

F.B.

— 

La future grande halle du MIN de Nantes.
La future grande halle du MIN de Nantes. — F.Brenon/20Minutes
  • Le marché de gros de Nantes quittera ses locaux de l’île de Nantes début 2019.
  • Le nouveau MIN est en construction à Rezé, en bordure du périphérique.
  • Le nouveau site s’annonce beaucoup plus performant que l’ancien.

Il n’ouvrira ses portes qu’en février 2019. Pour autant, le futur marché d’intérêt national (MIN) de Nantes est déjà bien avancé à proximité de la porte de Rezé. Ce marché de grossistes et producteurs, réservé aux professionnels, hébergera plus de 2.000 salariés et une grosse centaine d’entreprises. Actuellement second MIN de France en volume d’activité après Rungis, il devrait être « le plus moderne de France », assure son architecte, Erik Giudice.

Parmi ses atouts : il sera « très fonctionnel que ce soit pour les opérateurs travaillant sur place ou les visiteurs », sera « peu énergivore grâce aux dernières techniques d’isolation », sera « entièrement connecté au très haut débit (fibre) », « occupera peu d’espace au sol grâce à un stockage d’eaux pluviales en sous-sol ».

La future grande halle du MIN de Nantes.
La future grande halle du MIN de Nantes. - F.Brenon/20Minutes

Le MIN disposera aussi, sur son toit, de 31.000 m2 de panneaux solaires. L’électricité produite sera en partie utilisée sur place pour les chambres froides, ce qui permettra de diminuer la facture de production de froid de 40 %.

Un pôle agroalimentaire juste à côté

En attendant sa livraison, quelque 300 personnes travaillent sur le chantier de 20 ha. L’actuel MIN est installé sur l’île de Nantes, dans des locaux vieillissants. Le site doit aussi céder la place au nouveau CHU lequel ouvrira en 2026.

A côté du futur MIN, à proximité directe de l’échangeur de la porte de Rezé, un pôle agroalimentaire doit aussi voir le jour début 2019. Une vingtaine d’entreprises, regroupant près dé 2.000 salariés, vont s’installer sur les 35 ha consacrés au pôle. On trouvera notamment Méchinaud, Lebeaupin, la Bovida, Miti, Fruidor, Palmiloire ou la Marée nantaise.

>> A lire aussi : Au MIN de Nantes, le déménagement est attendu avec «impatience», mais des craintes demeurent