La région ne marche pas au Pacs

David Prochasson - ©2008 20 minutes

— 

Les Pays de la Loire fâchés avec le pacte civil de solidarité ? Selon une étude de l'Insee, au 1er janvier 2007, seules 20 % des unions légales sont contractées sous forme d'un Pacs. Ce qui situe les Pays de la Loire en queue de peloton des régions métropolitaines, devant la Basse-Normandie, le Centre et la Corse. Le Pacs ne fait pas l'unanimité dans la région, mais certains départements tirent leur épingle du jeu. C'est le cas de la Sarthe et de la Loire-Atlantique (treize Pacs pour 10 000 habitants).

« La première explication de ces disparités tient à l'opposition entre la ville et la campagne, analyse Christian Vogels, sociologue des religions à Nantes. Les mégapoles sont plus libres au niveau des moeurs que les sociétés rurales, ancrées dans une pratique culturelle et sociale du mariage. » Deuxième explication : le poids du facteur religieux. « A Nantes, certaines valeurs religieuses sont toujours présentes. Mais elles se sont déplacées vers le politique », constate le sociologue. Résultat : la Loire-Atlantique a eu tendance à se libérer des moeurs classiques. Et est moins attachée au mariage. A la fois marquée par la ruralité et le poids de la religion, la Vendée figure parmi les départements dont le taux de Pacs est le plus faible de France (8 pour 10 000 habitants). « Il y a une forte implication catholique traditionnelle qui correspond au champ politique », poursuit Christian Vogels. Malgré ces disparités, le Pacs a progressé dans tous les départements. Notamment depuis que des mesures juridiques, en 2005, ont contribué à rendre plus équitable cette forme d'union.