Notre-Dame-des-Landes: L'étudiant à la main arrachée a porté plainte et demande la désignation d'un juge d'instruction

JUSTICE L’étudiant mutilé par une grenade a porté plainte mardi et demande la désignation «immédiate» d’un juge d’instruction…

Q.B avec AFP

— 

Des affrontements sur la ZAD, le 17 mai 2018 / AFP PHOTO / GUILLAUME SOUVANT
Des affrontements sur la ZAD, le 17 mai 2018 / AFP PHOTO / GUILLAUME SOUVANT — AFP
  • Maxime Peugeot a été amputé d'une main après avoir ramassé une grenade de type GLI-F4, sur la ZAD, le 22 mai.
  • L'étudiant à Science Po Lille né à Marseille (21 ans) a porté plainte mardi et demande la désignation d'un juge d'instruction
  • Une cagnotte pour financer sa prothèse de la main droite a permis de récolter 25.000 euros.

Le 22 mai, Maxime Peugeot, étudiant de 21 ans, a eu la main arrachée sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) après avoir ramassé une grenade tirée par les gendarmes. Il a déposé plainte mardi et demande la désignation « immédiate » d’un juge d’instruction, a annoncé Me Gerbi, son avocat.

« Une plainte contre X pour violences volontaires ayant entraîné une incapacité permanente a été déposée aujourd’hui [mardi] auprès du parquet de Saint-Nazaire », a indiqué Hervé Gerbi, qui représente le jeune homme, Maxime Peugeot, et ses parents.

« Nous demandons à la procureure de Saint-Nazaire de ne pas attendre le délai de trois mois pour nous répondre et de saisir immédiatement un juge d’instruction compte tenu de la gravité des faits », a précisé Me Gerbi.

Maxime Peugeot, originaire de Marseille et étudiant en Sciences politiques à l’université de Lille, a eu la main droite amputée après l’explosion d’une grenade de type GLI-F4, ramassée le 22 mai dans un champ à Notre-Dame-des-Landes, quelques jours après la fin d’une deuxième phase d’expulsions sur le site.

Une cagnotte en ligne a récolté 25.000 euros

Entendu par les gendarmes le 24 mai, dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet de Saint-Nazaire pour blessures involontaires, il a expliqué n’avoir jamais eu l’intention de lancer cette grenade en direction des forces de l’ordre, selon son avocat.

L’inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) a par ailleurs été saisie afin de préciser les circonstances de l’intervention. Le patron des gendarmes, le général Richard Lizurey, avait qualifié l’amputation de la main d'« incident » qu’il « regrette ».

Évacué le 22 mai vers le CHU de Nantes, Maxime Peugeot, qui présentait également des blessures à la main gauche, au thorax et à la cuisse, a pu quitter l’hôpital « le week-end dernier » et commencer sa rééducation auprès de sa famille, a précisé Me Gerbi.

Une cagnotte en ligne et « apolitique » lancée par ses amis pour financer sa prothèse de la main droite a permis de récolter plus de 25.000 euros en une semaine.