Nantes et Angoulême: Des dizaines d'armes de gros calibre saisies, six mises en examen

TRAFIC Six personnes ont été mises en examen dans le cadre d'une enquête sur une filière de revente d'armes qui alimenterait les milieux criminels nantais...

avec AFP

— 

Photo d'illustration duRaid est intervenu dans le Nord pour un homme retranché chez lui
Photo d'illustration duRaid est intervenu dans le Nord pour un homme retranché chez lui — PHILIPPE HUGUEN / AFP

Six personnes ont été mises en examen vendredi, dont cinq placées en détention provisoire, après le gros coup de filet réalisé mardi par les enquêteurs de la police judiciaire de Nantes, la BRI et l’antenne rennaise du RAID. Neuf individus, trois à Nantes et six à Angoulême aveint été interpellés dans le cadre d’une enquête pour trafic d’arme en bande organisée.

Des dizaines d’armes de gros calibre avaient été saisies lors des perquisitions. Notamment une kalachnikov, une dizaine d’armes de poing et une trentaine de fusil de chasse, accompagnés de munitions par centaines. Les enquêteurs avaient aussi mis la main sur des produits stupéfiants, et la somme de 30.000 euros.

Armes pour des trafiquants nantais

L'enquête menée par la brigade criminelle de la PJ de Nantes Nantes «a confirmé que les mis en examen implantés en Loire-Atlantique et en Charente avaient fourni des armes à des trafiquants nantais pour leurs activités criminelles», souligne le parquet de Rennes. 

«Les investigations se poursuivent pour établir l'existence de liens avec les règlements de compte survenus au cours de ces derniers mois dans l'agglomération nantaise», est-il ajouté.

>> A lire aussi : Des tirs de kalachnikov en rafale dans le quartier Malakoff à Nantes