A Nantes, les lycéens pas si sévères que ça avec Parcoursup

EDUCATION Au lendemain des premiers résultats Parcoursup, « 20 Minutes » est allé à la rencontre d’élèves de terminale scolarisés à Nantes…

Frédéric Brenon et Quentin Burban

— 

Le recteur d'académie Wiliiam Marrois a échangé mercredi avec une classe du lycée Carcouët à Nantes.
Le recteur d'académie Wiliiam Marrois a échangé mercredi avec une classe du lycée Carcouët à Nantes. — F.Brenon/20Minutes
  • Le dispositif Parcoursup remplace le système APB pour l'orientation des lycéens de terminale et des étudiants en réorientation.
  • Les élèves ont découvert mardi soir les premières réponses d'admission.
  • Plus de la moitié d'entre eux ont reçu au moins une réponse positive, selon le ministère de l'Education.

Depuis la mise en ligne des premiers résultats d'admission de la plateforme Parcoursup, mardi soir, de nombreux témoignages sur les réseaux sociaux racontent ses bugs, ses réponses parfois incohérentes, ou le stress qu’il procure aux lycéens moins d’un mois avant les épreuves du bac. De nombreuses voix critiquant un « système de sélection » s’étaient également élevées avant même le lancement du dispositif. Pourtant, à la sortie du lycée Nelson-Mandela, sur l’île de Nantes, les retours des élèves de terminale étaient étonnamment plutôt positifs ce mercredi.

« C’est cool de savoir combien on est sur liste d’attente »

« J’ai fait 19 vœux avec deux réponses positives, raconte Jade, en ES. C’était les deux établissements que je souhaitais. C’est cool de savoir combien on est sur liste d’attente. La plateforme s’actualise au fur et à mesure que les lycéens valident ou non leurs choix. Ça nous permet d’y voir plus clair. Logiquement, lorsqu’on est dans le premier quart de la liste, on a de fortes chances d’être pris. »

Gabriel, en ES également, a reçu, lui, huit retours positifs sur 38 demandes. « Ce n’était pas mes premiers choix, mais je suis quand même content. La grande nouveauté c’est la Fiche Avenir où les établissements auxquels on postule voient nos notes, notre profil d’élève et aussi un avis sur nos vœux. Il y a de la transparence je trouve, cela nous permet de consolider nos dossiers. » Josse, en terminale S, confirme. « La plateforme fonctionne pas mal. Le site n’a pas planté malgré la forte affluence du début. On peut lire aussi tous les commentaires des profs, ça c’est plutôt bien. »

« On savait que ça se passait comme ça »

Au lycée Carcouët, à l’ouest de Nantes, où une classe de terminale ES était invitée mercredi à échanger sur le sujet avec le recteur d’académie, les critiques portaient essentiellement sur des « petits bugs ». « On nous avait beaucoup parlé de Parcoursup et il s’avère que c’est assez simple à utiliser », juge Marius, qui a reçu un « oui » (en fac d’éco) pour cinq refus et une demande « en attente ». « Je suis en attente pour l’IUT GEA de Nantes, mon objectif principal. J’espère qu’une place va se libérer. » Son voisin de table, Damien, a été pris en fac de théâtre à Rennes. Mais a cumulé les « non » pour ses demandes de BTS. « C’était des formations très sélectives. Je m’y attendais. »

Fanny, redoublante, a découvert mardi soir, « dès 18h », qu’elle avait un « oui » (fac de sociologie) pour trois refus, dont le BTS communication qu’elle visait. « Je le vis assez mal, je pensais avoir un meilleur dossier que l’année dernière. Mes parents aussi sont déçus. » Paradoxalement, elle porte un regard assez favorable sur Parcoursup. « Ça ressemble au système précédent (APB) en un peu plus clair. Les réponses à nos vœux sont aussi moins tardives, c’est mieux pour nous », compare-t-elle. L'absence de hiérarchie entre les vœux d’orientation est également « appréciable ».

Solène confie qu’elle va se reconnecter chaque jour pour voir l’évolution de son « vœu en attente ». « Je ne stresse pas. On savait que ça se passait comme ça. Mais pour ceux dont la formation a été refusée je comprends que ce soit dur de préparer son bac. »

« Vous n’êtes pas en train de jouer votre vie »

Pendant les épreuves du bac, justement, le système informatique sera en pause, « pour éviter aux élèves de se prendre la tête », indique le recteur de l’académie de Nantes. Face aux terminales, William Marrois a insisté sur deux points. « N’attendez pas trop pour valider vos réponses. Le délai est de sept jours, il ne faut surtout pas le rater. Plus les élèves répondront rapidement, plus il y aura de la fluidité et des places qui se libéreront. C’est une forme de solidarité. » Autre recommandation : « Ne stressez pas trop. Vous n’êtes pas en train de jouer votre vie. »

Vous êtes concernés et vous souhaitez apporter votre témoignage ? Vous pouvez nous raconter par ici ou en envoyant vos commentaires à l’adresse contribution@20minutes.fr.

>> A lire aussi : Fin du mystère, le gouvernement dévoile l'algorithme de Parcoursup