FC Nantes: «On n'est pas des beaufs, des bouseux», les agriculteurs répondent à Waldemar Kita

FOOTBALL Le président a fait une sortie lundi dans «Ouest-France» qui a quelque peu vexé certains agriculteurs…

David Phelippeau

— 

Le président Kita.
Le président Kita. — NICOLAS TUCAT / AFP
  • Lundi, dans un entretien dans Ouest-France, le président Kita a répondu aux journalistes en les traitant de « paysans… qui manquaient d’ouverture d’esprit ».
  • Certains agriculteurs se sont insurgés contre les déclarations de WK, notamment la FNSEA 44 (premier syndicat agricole).

La petite phrase, sortie dans Ouest-France lundi, a fait l’effet d’une bombe (agricole) : « Je vais être un peu dur avec vous, mais, parfois, vous êtes un peu paysans, c’est-à-dire que vous manquez d’ouverture d’esprit… » Elle est signée de Waldemar Kita, le président du FC Nantes, s’adressant aux journalistes qui l’interrogent.

« Paysans… manque d’ouverture d’esprit… » Les réseaux sociaux s’emballent, les agriculteurs s’indignent. Mickaël Trichet, président de la FNSEA (1er syndicat du monde agricole) en Loire-Atlantique, « alerté par Twitter », a tout de suite eu envie d’écrire une missive au président du FCN, club qu’il supporte depuis plusieurs décennies. « C’est un homme public, il faut qu’il fasse attention, "paysan", c’est une insulte pour nous. On n’aime pas ça. C’est très péjoratif. »

« Il rabaisse notre profession »

Le terme « paysan » - « utilisé plus par les aînés » selon Mickaël Trichet - revêt plusieurs définitions. Il renvoie d’abord à l’homme vivant à la campagne du travail de la terre, mais aussi à une personne rustre, qui a des manières grossières. « En clair, les paysans sont des beaufs, des bouseux », poursuit le président de la FNSEA. « Ça rabaisse notre profession de dire ça, s’insurge Cédric, agriculteur vendéen lui aussi fan du FCN. Je ne sais pas où il a voulu en venir en disant cela. »

Yoann, exploitant agricole à Petit-Auverné près de Châteaubriant, s’est fendu d’un tweet dès qu’il a pris connaissance du « dérapage » de Waldemar Kita.

« C’est inacceptable de dire ça, moi, ça me donne des boutons quand on emploie le terme de paysan. Ça fait vraiment gars de la campagne qui n'est jamais sorti de chez lui et qui reste au cul des vaches. » Quant au « manque d’ouverture » dont parle de Kita, « les bras m’en tombent », reconnaît Yoann. « C’est une aberration de dire ça. Il se trompe. La majorité des exploitants agricoles sont ouverts aux nouvelles technologies. J’ai trois robots de traite depuis 2012, 20 % de mon électricité est produite par un tracker solaire (une installation de production d’énergie solaire) etc. et, moi, je suis sur Twitter ! Si tu n’es pas sur Twitter, tu as loupé ta vie non ? »

Une place pour un match pour se faire pardonner ?

Le président de la FNSEA 44 n’a pas non plus digéré cette critique « injuste » de WK. « On manque d’ouverture d’esprit avec ceux qui n’en ont pas, répond-il. On parle beaucoup de notre métier sans nous connaître. Plus de 30 % maintenant des exploitants agricoles n’en sont pas issus à la base… Il n’y a que quand on a des cons en face de nous qu’on s’arc-boute et qu’on manque d’ouverture d’esprit ! » Mickaël Trichet tend néanmoins sa main à Kita. « Qu’il invite tous les agriculteurs du département à un match pour se faire pardonner. Quand on fait une bévue, on la répare ! » Le message est lancé.

>> A lire aussi : FC Nantes-Strasbourg: «Dans la vie, il n'y a rien d'anodin»... Dubois part en marquant le but de la victoire

>> A lire aussi : VIDEO. FC Nantes: «Le YelloPark, on n'en veut pas!», un gros millier de supporters manifeste