Université de Nantes: « On dépasse complètement les bornes », s'insurge le président après des violences ce vendredi

EDUCATION Le président de l’université de Nantes s’insurge des faits de  violence ce matin au campus du Tertre…

Q.B
— 
Nantes, le 25 février 2015, le president de l'université de Nantes, Olivier Laboux
Nantes, le 25 février 2015, le president de l'université de Nantes, Olivier Laboux — Frederic Brenon / 20 Minutes
  • Après des violences observées ce matin, l’université a pris la décision d’annuler les examens concernant la section sciences humaines et sociales.
  • Les épreuves reportées feront l’objet d’un rattrapage à distance (devoir maison, dossier).

Des violences ont été constatées par l’université de Nantes au Suaps (faculté de sports) et au pôle étudiant ce vendredi matin. Des faits qui se seraient déroulés à la fin d’une épreuve de sciences humaines et sociales. La présidence de l'université a pris la décision d’annuler les épreuves sur table de cette section.

« Il s’est passé des actes très graves sur le campus. Ce sont des gestes inqualifiables. On dépasse complètement les bornes », s’est insurgé Olivier Laboux, président de l’université.

« Je suis déterminé à poursuivre les agresseurs »

« Plusieurs dizaines d’étudiants ont poursuivi sept membres du personnel administratif sur 300 mètres, rapporte-t-il. Ils ont été harcelés, insultés. Quelques instants plus tard, au Pôle étudiant, ces dix étudiants ainsi que deux enseignants ont encerclé ce même personnel en les menaçant, en les entravant, en les bousculant physiquement. J’appelle ceci une agression. » La police a ouvert une enquête afin de connaître les motivations de ces violences.

Des faits qui ont profondément « choqué le personnel administratif qui a déposé sept plaintes ce vendredi midi, a-t-il poursuivi. Une cellule psychologique a été mise en place. Je suis déterminé à poursuivre les agresseurs. Les premières victimes sont les étudiants qui voulaient composer. »

« Le 10 améliorable ? Hors de question »

Depuis le début de semaine, les examens sont perturbés par des étudiants opposés à la loi ORE. Plusieurs épreuves ont dû être annulées. Les étudiants en sciences humaines et sociales vont ainsi devoir rattraper les partiels de mercredi, jeudi et vendredi à distance par le biais de devoirs maisons. Les autres sections réalisent les examens normalement. « Nous avons tout tenté mais les examens sur table sont absolument impossibles. Pour autant, les diplômes ne seront pas donnés aux étudiants qui ne composeront pas. La possibilité d’une note de 10 améliorable ? Hors de question. Les nouvelles modalités de contrôle de connaissance seront données rapidement. Les épreuves reportées feront l’objet d’un rattrapage à distance. »

Quinze plaintes déposées depuis lundi

En marge des examens encadrés par les forces de l'ordre, plusieurs rixes ont été recensées à Nantes. « Depuis lundi, nous avons déposé quinze plaintes. Ce constat de violence n’engage en rien le calendrier universitaire. Certains étudiants ont des occupations extérieures et nous ne voulons pas les pénaliser », conclut Olivier Laboux.