Nantes: Après de nouveaux incidents, les examens sur table sont annulés pour le département sciences humaines et sociales

EDUCATION La semaine de partiels des étudiants en sciences humaines et sociales a été fortement perturbée, encore une fois ce vendredi matin...

Q.B

— 

L'entrée du parc des expositions de la Beaujoire.
L'entrée du parc des expositions de la Beaujoire. — F. Elsner / 20 MInutes
  • Les examens en sciences humaines et sociales de l’université de Nantes sont placés sous surveillance policière depuis lundi.
  • Les nombreux incidents ont poussé l'université à Après les partiels prévus puis reportés à la Trocardière, ce sont ceux de La Beaujoire et au SUAPS qui sont annulés.

​Les examens des filières de sciences humaines sociales de ce vendredi qui devaient se tenir à la Halle XXL du parc des expositions de la Beaujoire et au SUAPS (fac de sports) ont été interrompus par de nouveaux incidents.

De nouveaux événements qui poussent l’université de Nantes à annuler les examens sur table pour l’ensemble de la session de sciences humaines et sociales, annonce ce vendredi après-midi l’université dans une dépêche interne adressée aux étudiants. Ceux-ci s’effectueront selon d’autres modalités.

Des violences sur du personnel de l’université au campus Tertre

« Afin de garantir la sécurité des étudiants et des personnels, les examens sur table prévus pour les composantes Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie, Sociologie, FLCE, IGARUN, Lettres et langages et Psychologie sont annulés pour l’ensemble de la session, annonce t-il. De nouvelles modalités de contrôle de connaissance sont en cours d’élaboration et vous seront communiquées par vos composantes très prochainement. »

Un climat tendu depuis plusieurs mois

Par ailleurs, l’université annonce, dans un autre communiqué, que des membres de son personnel ont été victimes de violence ce matin au campus du Tertre. Une des raisons pour lesquelles les examens sur table sont annulés.

Cela fait désormais plusieurs mois que la tension règne à l' entre des étudiants opposés à la loi ORE et la direction.

Les examens ont débuté lundi dans un contexte houleux avec une présence policière afin d'apaiser les tensions.