Nantes métropole teste une navette sans chauffeur (vraiment ?)

TRANSPORTS La navette sans chauffeur (mais avec assistance humaine) et 100 % électrique est en test grand public à partir de ce jeudi…

Quentin Burban

— 

La navette électrique autonome de Nantes Métropole est en test grand public de ce jeudi et jusqu'au 30 juin.
La navette électrique autonome de Nantes Métropole est en test grand public de ce jeudi et jusqu'au 30 juin. — Quentin Burban / 20 Minutes
  • La navette électrique et autonome est un projet commun de plusieurs entreprises (Lacroix, Charier, Semitan, Navy, EDF).
  • Nantes City Lab, créé il y a un an par Nantes métropole, a porté neuf innovations cette année dont la navette en fait partie.
  • Elle est en test depuis ce jeudi et jusqu'au 30 juin.

Après la voiture autonome, voici la navette. Mais cette fois-ci, le transport est possible sans chauffeur et sans essence. Elle est en capacité d’accueillir quinze personnes ou onze plus une en situation de handicap. Le grand public peut tester ce nouveau service depuis ce jeudi et jusqu'au 30 juin. « Cette expérimentation se fera sur un trajet long de 650 mètres entre la gare maritime et la carrière Miséry », annonce Nantes métropole.

Ce mois d’activité pour la navette va permettre de tester les outils techniques et électroniques. « L’idée est surtout d’offrir l’opportunité aux Nantais d’appréhender l’arrivée d’un nouveau transport en commun affirme Gilles Farge, technicien de Nantes métropole. Il faut expérimenter pour créer de nouveaux usages. L’avis des usagers est important. »

Six questions pour mieux comprendre le fonctionnement de cette navette autonome.

Comment peut-elle rouler sans chauffeur ? Actuellement, la navette n’est pas 100 % autonome à la conduite. La réglementation oblige une présence humaine à l’intérieur du véhicule pour stopper le véhicule en cas de danger. « Des équipements informatiques échangent en temps réel avec le tableau de bord présent dans la navette, indique un représentant de la société Lacroix. Ces données permettent au véhicule autonome de connaître l’environnement actuel qui l’entoure et le flux d’usagers. » Plusieurs technologies de guidage lui indiquent également la trajectoire de route à suivre.

Comment peut-elle être 100 % électrique ? Le transport est 100 % électrique ne fonctionnant qu’avec des batteries rechargeables par alimentation directe. « Elle circule sur une route à énergie positive grâce à une voirie photovoltaïque (prototype posé au sol) de 34m². La route va produire donc autant d’énergie que la navette n’en consommera durant sa circulation », explique un des porteurs du projet.

Combien ça coûte ? La navette électrique autonome coûte « 270.000 euros hors taxe et 180.000 à la location à l’année », affirme un représentant de Navya, constructeur du transport en commun.

Quelles sont les dates et horaires de test ? Un test technique sans passagers sera effectué du 21 au 31 mai. Les tests ouverts au public se feront du mardi au dimanche de 11 heures à 13 h et de 14 h à 18 h.

Sera-t-elle testée sur d’autres sites ? L’objectif est de « tester la navette autonome sur des routes à rond-point, avec des feux rouges ou d’autres véhicules », confie Gilles Farge. Une information complétée par Francky Trichet, adjoint au maire en charge du numérique et de l’innovation. « Nous devons avoir l’amont des services de l’Etat pour pouvoir réaliser un trajet sur un autre site. »

Une mise en service est-elle possible ? « L’objectif à long terme est d’y arriver. Nos transports en commun sont très sollicités. C’est une solution plus économique et qui sera le complément des services de transports déjà mis en service mais en aucun cas ce sera son remplaçant », conclut Gilles Farge.