Sous la pluie et les confettis

G. F. - ©2008 20 minutes

— 

Autoproclamé « second carnaval de France » après celui de Nice, le carnaval de Nantes ne battra pas cette année ses records de fréquentation. La faute aux intempéries, qui ont gâché hier un défilé de jour placé sous le signe de « La musique ». Le circuit a dû être écourté, et un groupe de Grosses Têtes a même dû quitter le défilé. « Nos chars sont en carton-pâte et on voulait les préserver pour la parade des enfants mercredi, et la nocturne de samedi », explique un organisateur. Récit de la journée.

· 13 h 30, place Saint-Pierre Le carnaval démarre dans plus d'une heure, mais les chars sont déjà en place. Sur celui des Cro-Magnon, Dorian, 3 ans, pleure à chaudes larmes. « C'est son premier défilé », explique son père Stéphane. Chez les Dupouet, le carnaval est une affaire de famille : depuis quatre générations, on y joue un rôle actif.

· 14 h 50, place du Cirque Déguisée en princesse, Narimen (4 ans) saute par-dessus les flaques d'eau. « Je ne voulais pas la laisser à la maison, sinon elle s'ennuie », sourit sa maman, venue de la Bottière. Assise sous un abribus, Sabrina croise les doigts : elle n'a pas prévu d'anorak.

· 15 h 06, rue de Strasbourg Le « roi Carnaval 2008 » Albert Mahé, ex-adjoint (PS) de Jean-Marc Ayrault en charge des Finances, est en pleine discussion avec Jean-Louis Jossic, chanteur des Tri Yann et nouvel adjoint à la Culture. Au-dessus de lui, une Grosse Tête à son effigie le représente dans un demi-tonneau, une grappe de raisin à la main et une pipe à la bouche.

· 15 h 33, rue du Général-Leclerc Il tombe des cordes. Par terre, la pluie draine les confettis. Le char des Village People se trémousse sur Born to be Alive. Coïncidence ou pas, il grêle.

· 15 h 45, sous la porte Saint-Pierre Après-midi « 100 % fiasco » pour David et Mickaël, vendeurs ambulants. Alors que le cortège est passé, ils n'ont vendu aucun Bob l'éponge ou Shrek gonflé à l'hélium. Bilan des ventes : « zéro centime », se lamente David. Pire, la pluie et la grêle ont décoloré les ballons, « bons à jeter à la poubelle ».