Nantes: Rébellion dans un foyer de mineurs isolés, la police intervient

FAITS DIVERS Les jeunes migrants protestaient contre le versement de paniers repas en remplacement d'une aide financière en espèces...

F.B.

— 

Voiture de police (illustration)
Voiture de police (illustration) — ELSNER FABRICE/SIPA

Sept mineurs isolés, âgés de 14 à 16 ans, ont été placés en garde à vue jeudi après un mouvement de rébellion dans les locaux du foyer Saint-Benoît-Labre, quartier Bonne-Garde à Nantes, où ils étaient hébergés. Vers 9h, la police nationale était appelée en renfort après des dégradations commises par une dizaine d'adolescents de nationalités étrangères. Très remontés, ils empêchaient les éducateurs d’accéder aux locaux.

A leur arrivée, les policiers ont été la cible de jets de projectiles, un agent a été frappé par un skate-board. Les forces de l’ordre sont finalement intervenues en nombre et le calme est revenu en fin de matinée.

Une somme de 240 euros à gérer pour les repas

Ces jeunes protestaient contre l’arrêt du versement d’une somme de 240 euros mensuels correspondant à l’aide alimentaire. Les responsables du foyer s’étaient rendus compte que l’argent n’était « pas utilisé à bon escient » et avaient donc décidé de le remplacer par un portage de paniers repas ou la remise de tickets de restauration.

C’est cette annonce qui a mis le feu aux poudres, explique le conseil départemental de Loire-Atlantique, chargé de financer la prise en charge obligatoire des mineurs isolés. Constatant les dégradations (mobilier, matériel informatique et vitres brisés), le directeur de Saint-Benoît-Labre a déposé plainte. Les sept mineurs interpellés seront convoqués devant le juge des enfants.

>> A lire aussi : La mairie de Nantes crée 145 places d’hébergement pour les migrants