Révélations insoutenables au procès de Michel Fourniret

JUSTICE Au terme des deux jours de procès consacrés au meurtre de Natacha Danais, enlevée en novembre 1990 sur le parking du Leclerc Atout Sud, les proches de la victime étaient hier « secoués ». « Pour la première fois, le médecin-légiste a émis l'hypothèse...

Guillaume Frouin

— 

Les parents de Joanna Parrish, une Britannique de 20 ans, enlevée, violée et tuée en 1990 près d'Auxerre (Yonne), assistent depuis mercredi au procès devant les assises des Ardennes de Michel Fourniret, qui devrait être jugé ultérieurement pour l'assassinat de cette jeune femme.
Les parents de Joanna Parrish, une Britannique de 20 ans, enlevée, violée et tuée en 1990 près d'Auxerre (Yonne), assistent depuis mercredi au procès devant les assises des Ardennes de Michel Fourniret, qui devrait être jugé ultérieurement pour l'assassinat de cette jeune femme. — Francois Nascimbeni AFP

Au terme des deux jours de procès consacrés au meurtre de Natacha Danais, enlevée en novembre 1990 sur le parking du Leclerc Atout Sud, les proches de la victime étaient jeudi «secoués».

>> Retrouvez tous les comptes rendus d’audience depuis le premier jour du procès.

«Pour la première fois, le médecin-légiste a émis l'hypothèse d'un viol post-mortem», explique Me Sabine Barz, avocate de la famille. Michel Fourniret aurait ainsi violé le cadavre de l'adolescente de 13 ans dans les dunes de Brem-sur-Mer (Vendée), où son corps avait été retrouvé. Il l'avait préalablement étranglée, puis avait perforé sa poitrine à deux reprises avec un poinçon cruciforme.

>> Qui sont les victimes de Michel Fourniret?

Devant la cour d'assises réunie à Charleville-Mézières, «l'ogre des Ardennes» n'a pas bronché face aux dires du légiste. «Il a juste passé un mot à son avocat, pour dire qu'il était prêt à en parler à huis clos», relate Me Sabine Barz. Demande refusée par les parties civiles, finalement «soulagées» d'en finir avec ce procès.

>> Notre dossier sur le procès de Michel Fourniret et Monique Olivier

>>>> Pour comprendre l'affaire, cliquez ici