Après la pollution, quelles solutions ?

Guillaume Frouin - ©2008 20 minutes

— 

Un mois après la marée noire dans l'estuaire de la Loire, la préfecture a dressé hier un « premier bilan » de cet « accident industriel assez lourd ». Tour d'horizon.

· L'état des lieux Ce ne sont finalement pas 400, mais 500 tonnes de fioul lourd qui se sont déversées dans l'estuaire, d'après Total. « Cela me paraît plus cohérent avec nos constatations », estime Bernard Hagelsteen. Le préfet ne voit toutefois « pas de malice » dans les premières estimations de la raffinerie de Donges.

· L'origine de la crise Outre la canalisation défectueuse, trois autres tuyaux étaient sérieusement attaqués par la rouille. La préfecture a donc imposé à Total de vérifier toutes ses autres canalisations aériennes. Il y en a pour 35 000 km à la raffinerie de Donges.

· Le bilan écologique « Le nombre d'oiseaux morts est inférieur à dix en Loire-Atlantique », selon l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Une étude va toutefois être lancée pour mesurer les conséquences de la pollution à long terme.

· Le bilan économique Un processus d'indemnisation par Total est en cours pour les pêcheurs à pied professionnels (58 dossiers) ou en navire (127). Idem pour huit ostréiculteurs et dix mareyeurs.

· Les suites « Obligation » va être faite à Total de « protéger la Loire », affirme Bernard Hagelsteen. Un « nouveau dispositif de surveillance » et « une forme de rétention » des produits pétroliers devra être mis en oeuvre.