YelloPark: «Quand on dit pas d'argent public, c'est pas d'argent public», insiste Johanna Rolland

URBANISME La présidente de Nantes Métropole et maire de Nantes s’est exprimée ce jeudi midi sur la demande d’aide que le président Kita a adressée à l’Etat…

David Phelippeau avec F.B.

— 

Johanna Rolland et Waldemar Kita le 19 septembre 2017 à Nantes.
Johanna Rolland et Waldemar Kita le 19 septembre 2017 à Nantes. — F.Brenon/20Minutes
  • Dans le cadre du projet YelloPark, le président Waldemar Kita a sollicité l’Etat pour un soutien financier.
  • YelloPark a toujours été présenté comme un projet 100 % privé.
  • La maire de Nantes Johanna Rolland a affirmé ce jeudi midi qu’elle n’était pas favorable au soutien de l’Etat.

Un peu de friture sur la ligne ? Le 21 février, lors d’une conférence de presse, le président du FCN Waldemar Kita, un des porteurs de YelloPark – projet 100 % privé avec un nouveau stade du FC Nantes associé à des logements et activités à la Beaujoire – avait déclaré qu’il souhaitait demander une aide économique à l’Etat pour son nouveau stade. « Il est fort possible que l'Etat va nous aider un peu aussi. Pourquoi? Parce qu'aujourd'hui en France, tous les stades neufs ont touché des aides de l'Etat. Ce serait une bonne nouvelle. » Une intention confirmée par l'envoi d'un courrier adressé le 12 mars par Waldemar Kita au Premier ministre, Edouard Philippe, selon le site d’information Mediacités Nantes . 

Le président du groupe Réalités, Yohann Joubert, s’est dit « pas très à l’aise avec la démarche » de Waldemar Kita, son principal associé dans ce projet.

Johanna Rolland y est « défavorable »

En marge d’un point-presse, ce jeudi midi, la maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole, Johanna Rolland, propriétaire des terrains sur lesquels YelloPark doit être réalisé, a été sollicitée sur ce sujet. « J’y suis défavorable [au soutien financier de l’Etat]. Quand on dit pas d’argent public, c’est pas d’argent public sinon le message est brouillé. »

Puis, Johanna Rolland de conclure : « Le projet continuera tant que nos 6 conditions seront respectées. »

>> A lire aussi : Pour dire oui au nouveau stade, la métropole a imposé ses six conditions

Jeudi, en fin de journée, le FC Nantes a tenu à donner sa version des faits dans un communiqué et à expliquer les deux objectifs de ce courrier au Premier ministre. « Le premier, est de pouvoir lui présenter de vive voix le projet dans son ensemble car ce qu'on oublie trop souvent de rappeler, c'est que le stade et le projet urbain vont créer de nombreux emplois et de l'activité économique pour de nombreuses entreprises nantaises.»

Soutien au même titre que les projetsde stade pour l'Euro 2016

Le second objectif de la lettre envoyée, selon le FC Nantes, était «de formuler une demande de soutien financier de l'Etat, au même titre que celui reçu pour tous les projets de construction ou de rénovation de stade en vue de l'Euro 2016. Ces soutiens sont énoncés dans le courrier et concernent tous les projets, quelles que soient leur organisation projet public/privé, privé ou public.»

Pourquoi Nantes n'aurait pas de soutien pour les grands événements?

Le communiqué poursuit : «Compte tenu de l'organisation par la France de la Coupe du Monde de rugby en 2023, des Jeux olympiques et paralympiques en 2024, le nouveau stade de Nantes aura vocation a accueillir ces deux événements. En vertu du principe (constitutionnel) d'égalité des territoires face à l'Etat, il apparaitrait dès lors anormal que seul Nantes ne bénéficie pas d'un soutien de l'Etat accordé pour la construction ou la rénovation des grandes enceintes sportives.»