Monaco-FC Nantes: Le FCN s'incline, mais Ranieri est «satisfait» de la prestation de son équipe

FOOTBALL Les Nantais ont été battus (2-1) à Monaco en fin de journée de ce samedi...

D.P. avec AFP

— 

Claudio Ranieri avec Leonardo Jardim.
Claudio Ranieri avec Leonardo Jardim. — VALERY HACHE / AFP

Nantes menait au score grâce à Thomasson​, mais l’avance est partie en fumée en trois minutes. Malgré ce nouveau revers (2-1) du FCN à Monaco, Claudio Ranieri, l’entraîneur de Nantes, estime pourtant que son équipe a fourni « une prestation de qualité ». Une nouvelle fois interrogé sur son avenir, l’Italien réfute l’idée que les rumeurs sur son départ puissent gêner ses joueurs. Il affirme qu’il sera à Nantes la saison prochaine… car il est sous contrat. Mais, le coach nantais - qui n’envisage pas de rester un an de plus selon 20 Minutes - peut-il dire autre chose ?

Cette défaite chez le dauphin du PSG vous fait-elle mal ?

La défaite fait mal, oui. Parce qu’on menait 1-0 et, en trois minutes, on perd le match. Pourtant, on a fait un bon match, bien contrôlé. Et puis ces deux buts… Sur le premier, Falcao a un peu de chance que le ballon lui revienne dessus. Mais c’est Falcao ! Il sait comment faire. Si c’est un autre joueur, peut-être qu’il n’y a pas but. En revanche, sur le deuxième, on doit sortir plus haut sur lui et sur Lopes. Contre les grands joueurs, on doit serrer plus. Mais autant, j’étais déçu de la deuxième mi-temps contre Saint-Etienne (0-3), autant je suis satisfait de la qualité de notre prestation contre une grande équipe de Monaco. Monaco, où j’ai vécu deux belles années et où je reviens avec de l’émotion.

Nantes est toujours 8e de L1. Cela va être difficile désormais dans la course à la 5e place…

C’est un peu plus difficile, c’est certain. Mais je dois toujours lutter. C’est ainsi. Ce sera difficile mais on doit se battre jusqu’à la fin du championnat. Contre Monaco, on a essayé jusqu’au bout en sortant Pallois, par exemple. Dès le prochain match contre Dijon, pour qui j’ai le plus profond respect, on va chercher la victoire.

Les rumeurs de votre départ pénalisent-elles votre équipe actuellement ?

Moi, je ne dis rien. Rien ne se passe. Ce sont des bruits. Je suis l’entraîneur de Nantes. L’an prochain, je le serai encore [il est sous contrat jusqu’en 2019]. On m’annonce une fois en Italie, une fois ailleurs. Mais je suis là. Dans le football, cela parle toujours. C’est comme ça. Dire que cela gêne et fait penser les joueurs à autre chose, c’est une excuse. On ne doit pas se servir de ça comme excuse. En revanche, il faut continuer à lutter comme on a fait aujourd’hui. Jusqu’au bout.