Les étudiants lancent le blocus illimité à l'université de Nantes

EDUCATION Les accès aux cours du campus du Tertre seront empêchés jusqu'à l'abrogation de la loi Vidal...

F.B.
— 
Nantes, le 3 mars 2016, le pôle étudiant sur le campus du Tertre
Nantes, le 3 mars 2016, le pôle étudiant sur le campus du Tertre — Frédéric Brenon

Mobilisés contre le Plan étudiant (loi Vidal) et le dispositif Parcoursup depuis près d'un mois, les étudiants nantais du campus du Tertre ont voté mardi le blocus illimité des accès aux cours. La décision a été adoptée au cours d'une assemblée générale ayant rassemblé plus d'un millier de personnes dans le grand amphi de la fac de droit. Le blocus cessera à l'abrogation de la loi adoptée le 15 février.

Dans l'après-midi, près de 600 étudiants ont rejoint d'autres manifestants (cheminots...). Quelques altercations ont eu lieu avec les forces de l'ordre.

Manifestation et dégradations

Vers 17h, plusieurs dizaines d'entre eux ont exprimé leur colère devant les fenêtres de la présidence de l’université, près du CHU. Les locaux ont été visés par des projectiles et plusieurs vitres ont été brisées alors que des personnels universitaires étaient encore à l'intérieur.

« L'université de Nantes dénonce fermement cette violence qui a mis en danger des personnels de l'université. L'agressivité, la volonté de s'en prendre physiquement aux personnes, marquent un tournant inadmissible », dénonce le président de l'université, Olivier Laboux.