Les boîtes se font mettre en boîte

Guillaume Frouin - ©2008 20 minutes

— 

La préfecture mène-t-elle une "guerilla administrative" aux discothèques de Loire-Atlantique ? Oui, à en croire certains patrons. Au moins trois établissements de nuit - le Calysto et le SKS à Nantes, et le Looksor à Clisson - font actuellement l'objet d'une fermeture administrative ou d'une restriction horaire rédhibitoire. Et deux autres seraient dans le collimateur des autorités. A tel point que, pour s'en émouvoir, certains clubbers ont ouvert un blog* et lancé une pétition sur internet le week-end dernier. Cette dernière, qui compte actuellement 300 signatures, pourrait déboucher sur "une manifestation dans les rues de Nantes" si elle dépassait les 1000, assure Olivier, 25 ans, l'un de ses deux instigateurs.

D'après un patron de boîte, le "harcèlement administratif" date du 1er janvier, où la préfecture a repris en main les horaires de fermeture des établissements dans le cadre du "plan alcool". "Ils nous ont fait remplir un questionnaire, où on nous demande par exemple si on a des gobelets ou une fontaine à eau", raconte-t-il. "Mais notre dossier, paraît-il, n'est jamais complet. On a beau le compléter, ça ne suffit pas... Du coup, on en bénéficie plus du régime discothèque, et nos horaires de fermeture sont assimilés à ceux d'un bar."

+ réponse préfecture

En attendant, certains établissements font contre mauvaise fortune bon coeur. Le Calysto, justement, va expérimenter samedi le premier "après-midi teenagers" nantais. Quatre heures (de 15h à 19h) de rap et de tektonick... sans alcool.

* http://petitiondisco44.skyrock.com