Nantes: Autour de l'Arbre aux hérons, le quartier du Bas-Chantenay va se transformer

URBANISME A l'ouest de Nantes, le quartier du Bas-Chantenay va évoluer dans les prochaines années...

Julie Urbach

— 

Vue aérienne du Bas Chantenay, à Nantes
Vue aérienne du Bas Chantenay, à Nantes — V. Joncheray
  • Le secteur du Bas-Chantenay va accueillir, en 2021, l'Arbre aux hérons dans la carrière Misery
  • Les particularités de ce quartier industriel, qui longe la Loire, et qui abrite 5.000 habitants vont être valorisées dans les prochaines années.

C'est un quartier qui devrait sortir de l’ombre ces prochaines années. Alors que la carrière Misery va accueillir, en 2021, le fameux Arbre aux hérons et son « jardin extraordinaire », c’est tout le secteur encore à l'ouest, appelé « Bas-Chantenay », qui va se transformer. Les premiers éléments du projet urbain de ce quartier à l’ouest de Nantes (qui compte 5 000 habitants et 250 entreprises) ont été dévoilés jeudi.

>> A lire aussi : A Nantes, les quais de Loire vont être rendus aux piétons

« Le Bas-Chantenay gardera son esprit de village, mais aussi sa dimension économique », a assuré Johanna Rolland, la maire (PS)  de Nantes. Une grande consultation avec les habitants a été lancée il y a plusieurs années déjà.

Brasserie et Navibus

Le passé industriel de ce quartier, peuplé de nombreux hangars et de friches sur 3km le long de la Loire, sera donc valorisé. Divers lieux emblématiques (cales, usine électrique...) accueilleront des entreprises, dans la lignée de l'agence AIA, installée depuis peu dans l'ancienne salle à tracer. Un véritable pôle industriel dans le secteur du nautisme et des énergies marines est attendu.

Une brasserie s’installera en 2019 sur la cale Dubigeon, où sera créée une station de Navibus qui reliera le quartier à l'île de Nantes, l’année suivante. Et les Nantais qui ne la connaissent pas encore y découvriront une étonnante grue noire.

Le Bas Chantenay, à Nantes
Le Bas Chantenay, à Nantes - JC Billaud

« Les côteaux, la falaise, la Loire, tous ces éléments seront remis en avant et connectés entre eux », assure Bernard Reichen, l’urbaniste du projet. Concrètement, un parcours reliera par exemple les nombreux parcs (et souvent méconnus) que compte le quartier, comme celui des Oblates.

Au pied du pont de Cheviré, le petit village de la « Roche-Maurice » deviendra une étape de la Loire à vélo, avec l’inauguration prochaine d’une piste cyclable. Enfin, le quartier se dotera d’un millier de nouveaux logements avec vue sur Loire, dont la moitié sera construite au Bois-Hardy, à la place d'un parking.