Le FC Nantes, prétendant à l'Europe, incapable de battre Metz... «Un bon point», affirme (sans blaguer) Ranieri

FOOTBALL Nantes laisse sa cinquième place au Stade Rennais...

David Phelippeau

— 

Rene Krhin face au buteur messin, Nolan Roux.
Rene Krhin face au buteur messin, Nolan Roux. — FREDERICK FLORIN / AFP
  • Les Canaris n’ont pas réussi à s’imposer (1-1) à Metz, lanterne rouge de la L1.
  • Le FC Nantes laisse sa cinquième place à Rennes.
  • Ce match nul chez le dernier de L1 satisfait le coach nantais Claudio Ranieri.

Un point c’est tout, mais ce n’est pas assez quand on est un prétendant à l’Europe en déplacement chez la lanterne rouge de la L1. Dimanche, les Canaris n’ont pas réussi à battre (1-1) Metz. Un match nul qui n’arrange ni les Nantais (6es) qui laissent la cinquième place au voisin rennais, ni les Messins qui voient leur espoir de maintien en L1 quasiment s’envoler (huit points de retard sur le barragiste Troyes). Retour sur une rencontre emballante lors des vingt-cinq premières minutes et relativement lénifiante le reste du temps.

>> A lire aussi : Metz-FC Nantes: Les Canaris tenus en échec chez la lanterne rouge... Revivez cette rencontre en live

Roux a pris une petite revanche sur Nantes. Au match aller, Nolan Roux avait été au centre d’une polémique. Menés 1-0, les Messins avaient obtenu un penalty dans les derniers instants. Roux l’avait d’abord marqué… mais l’arbitre avait décidé de le faire retirer au motif que des joueurs lorrains avaient pénétré dans la surface de réparation avant que leur avant-centre ne touche le ballon. Sa seconde tentative avait été un échec et avait scellé la victoire nantaise. Dimanche, il a ouvert le score (12e) en profitant d’une erreur de marquage de Pallois sur un corner. Deux fois, il a failli redonner l’avantage aux siens, mais soit il a été maladroit (tir au-dessus de Roux, 19e), soit Tatarusanu a sorti une parade (tête de Roux, 83e).

>> A lire aussi : «On a dansé sur les tables, c'est la fête du slip!» Excédé, Hinschberger préfère manier l'ironie

Un Nantes trop inoffensif. Petit événement, les Canaris ont eu plus le ballon que les Messins. Problème, ils n’en ont pas fait grand-chose. A part durant quelques séquences, et notamment l’égalisation de Rongier (servi par Thomasson, 23e), Nantes a encore fait preuve d’indigence sur le plan technique. A quelques secondes de la fin, Sala a pourtant failli refaire sa spéciale : centre de Dubois, tête de l’Italo-Argentin tout près du poteau droit de Kawashima.

>> A lire aussi : Metz-FC Nantes: Coach et public préférés, adversaire le plus méchant et le plus fort etc. Signorino dit tout

Un « bon point » pour Ranieri, hein, pardon ? « Le match nul est logique et c’est un bon point pour nous, analyse sans blaguer Claudio Ranieri, qui a pris plus de risques qu’à l’accoutumée offensivement (entrées de Ngom et Bammou). Quand ce n’est pas possible de gagner, c’est toujours bien de prendre un point et de ne pas perdre. » Après ce petit poncif, une question : ne doit-on pas attendre davantage d’un prétendant à l’Europe chez le dernier de L1 ? « Nous voulions faire plus, mais ce n’était pas possible. Metz s’est bien battu, a lutté beaucoup et a aussi fait des bonnes choses… » Irrésistibles les Messins vraiment ?

>> A lire aussi : FC Nantes: Sélection italienne ou pas, Claudio Ranieri devrait quitter la Jonelière en mai