Nantes: Métalobil relève le défi des créations les plus originales

INDUSTRIE L'atelier basé aux Sorinières se taille une solide réputation à concevoir des œuvres d'art et objets étonnants...

Frédéric Brenon

— 

Construction du carrousel musical de Saintes chez Métalobil.
Construction du carrousel musical de Saintes chez Métalobil. — F.Brenon/20Minutes
  • Fondé en 2004, Métalobil travaille dans le domaine du design, de l'art, du mobilier et de la décoration.
  • La PME, basée aux Sorinières, emploie 30 personnes, dont 15 CDI.

« Mon horreur des problèmes est égale à ma fascination pour les solutions », aime énoncer Freddy Bernard. Avec son compère architecte Matthieu Lebot, ce plasticien nantais a fondé en 2004 Métalobil, un atelier de fabrication relevant le défi de répondre aux commandes les plus originales dans le domaine de l’art, du mobilier, du bâtiment, ou de la décoration.

A Nantes, ils ont notamment signé les bars du Nid et de Stéréolux, le gyrorama de la Tour Lu, l’habillage intérieur de Trempolino, l' aire de jeux du square Elisa-Mercœur, l’escalier multicolore de l’école des arts de Saint-Herblain, la façade de l’immeuble Manny sur l’île de Nantes ou des éléments du paquebot géant Harmony of the seas.

François Chesnot, architecte, et Freddy Bernard, gérant de Métalobil, aux côtés d'un technicien aux allures de Daft Punk.
François Chesnot, architecte, et Freddy Bernard, gérant de Métalobil, aux côtés d'un technicien aux allures de Daft Punk. - F.Brenon/20Minutes

« Apporter des réponses là où d’autres seraient bloqués »

Installé aux Sorinières depuis huit ans, Métalobil fait travailler en ce moment 30 personnes, dont 15 en CDI. Acier, aluminium, bois, rotin, plastique, cuir, ils s’autorisent tous les matériaux. « On a des gens qui viennent des beaux-arts, de l’architecture, de l’ingénierie. Ces profils nous permettent de comprendre un double langage, poétique et technique, et d’apporter des réponses là où d’autres seraient bloqués », explique Freddy Bernard.

Parmi la douzaine de projets en études ou en cours de fabrication, deux sortent du lot. La ville de Bordeaux a ainsi commandé pour la fin mai une œuvre d’art monumentale (16 m de diamètre, 10 tonnes) en forme de soucoupe volante, laquelle nécessite d’assembler 1.500 lames d’aluminium à déformer. L’Abbaye aux Dames de Saintes, elle, veut un carrousel musical de 10 m de haut abritant un dragon couvert de 15.000 m de lianes de rotin. A livrer début avril.

L'artiste Suzanne Treister a imaginé une oeuvre en forme de navette spatiale qui sera installée sur la Garonne à Bordeaux.
L'artiste Suzanne Treister a imaginé une oeuvre en forme de navette spatiale qui sera installée sur la Garonne à Bordeaux. - David Durand pour BOLD

« Une réputation, c’est rapide à défaire »

« On nous sollicite beaucoup, indique Freddy Bernard. On a la chance d’être reconnu par les professionnels et les écoles de formation. Pour autant, on ne peut pas se reposer sur nos lauriers. » « Une réputation, c’est long à faire mais rapide à défaire, acquiesce François Chesnot, architecte de la soucoupe. Il faut toujours se remettre en question. C’est le sens de notre travail. »

>> A lire aussi : Contre-la-montre lancé pour la fabrication de la soucoupe volante de Bordeaux

Par la folie de leurs créations, on les compare parfois avec la compagnie La Machine de François Delarozière, celle qui a conçu l’éléphant, le Carrousel des mondes marins ou le cheval-dragon Long ma. « On apprécie leur travail mais la comparaison s’arrête là, répond Freddy Bernard. On n’est pas subventionné, on ne fait pas travailler des intermittents du spectacle, on paie nous-même nos locaux et notre matériel. »

Comme La Machine, Métalobil a tout de même collaboré avec Le Voyage à Nantes pour le combi du VAN, la station Jean-Prouvé, un stand festif à Hambourg, l'œuvre d'art en forme de hérisson de Vincent Mauger et, bien sûr, l’aménagement du Nid.