Nantes: On vous dit tout sur cette carte illustrée de la ville que l'on voit partout

TENDANCE Cette affiche, qui se présente comme un plan de Nantes tout en couleurs, est signée par l'illustrateur Antoine Corbineau...

Julie Urbach

— 

La carte d'Antoine Corbineau
La carte d'Antoine Corbineau — J. Urbach/ 20 Minutes
  • En trois ans, des milliers d'exemplaires de cette carte se sont écoulés.
  • L'illustrateur Antoine Corbineau y dessine sa version de la ville, entre histoire, projets urbains et dédicaces personnelles.

Dans la salle d’attente du médecin, sur le mur du salon ou des WC des potes, dans des bars… On ne sait pas vous, mais cette jolie carte illustrée de Nantes, on a l’impression de la voir partout. « C’est l’un de nos best-sellers ! », confirme-t-on chez Nantes tourisme. A tel point que depuis 2015, elle a été vendue à plusieurs milliers voire dizaines de milliers d’exemplaires, que ce soit en version « jour » ou « nuit ».

Pour autant, il est fort à parier que ceux qui ont craqué pour ce poster, vendu 20€, n’ont pas tous fait attention à la signature. Ni au fait qu’en trois ans, quelques petits détails ont changé au fil des réimpressions. « Sur la nouvelle, la flèche avec l’inscription « aéroport du Grand Ouest » a disparu, note par exemple Antoine Corbineau, 36 ans, l’illustrateur qui se cache derrière toutes ces couleurs. J’ai laissé l’avion, comme un petit clin d’œil. »

Antoine Corbineau dans son atelier
Antoine Corbineau dans son atelier - J. Urbach/ 20 Minutes

Histoire et dédicaces

Si l’éléphant ou la tour de Bretagne figurent sur le plan, ce qui séduit c’est la multiplicité des détails, qui bougent. Antoine Corbineau, qui est né à Paris, a fait ses études à Strasbourg, et travaillé à New-York, livre ainsi sa propre vision de la Cité des ducs, qu’il a rejoint il y a pile cinq ans et qui semble beaucoup lui plaire.

« J’ai mis des éléments historiques, comme ce plongeur polonais qui a sauté de l’ancien pont Transbordeur [il est décédé, c’était en 1925]. Je me tiens aussi au courant de ce qui se passe dans la ville : par exemple, j’ai déplacé l’Arbre aux hérons, au fur et à mesure de l’avancée du projet. Il y a aussi plein de pictogrammes qui sont des dédicaces à des amis. Un palmier, pour marquer le lieu de mon ancien atelier. » Notons aussi la petite pelle… à l’ancienne adresse de la famille Dupont de Ligonnès.

Une dizaine de cartes

De ce succès, Antoine Corbineau en a fait une marque de fabrique. Il compte désormais une dizaine de cartes à son actif : des capitales du monde entier issues de commandes ou des villes moins touristiques mais avec lesquelles il a des attaches, comme Saint-Nazaire. Il vient d’ailleurs tout juste de terminer cette carte illustrée, après plusieurs semaines de travail à décalquer, scanner, sélectionner, créer, coloriser, texturiser à l’ordinateur tout ces petits carrés dans son atelier.

Un travail de fourmi qui a permis à cet illustrateur de se faire davantage connaître, auprès d’agences qui lui commandent de plus en plus de créations vouées à apparaître sur des supports de communication. Un livre illustré sur les séries télé doit sortir en mai. Une diversité qui ne semble pas déplaire à ce fan de peinture, qui dit même « un peu se lasser » de cette carte nantaise. « Mais c’est quand même sympa de la voir parfois à travers les fenêtres, quand je me balade dans le centre, sourit Antoine Corbineau. Ce sont des Nantais qui m’en achètent le plus : c’est fou comme ils sont fiers de leur ville ! »