Nantes: La métropole va mettre le paquet sur le vélo, le tram et le covoiturage

TRANSPORTS Les élus de l'agglomération nantaise ont voté ce vendredi la feuille de route des déplacements urbains jusqu'en 2030...

Frédéric Brenon

— 

Un cycliste circulant à proximité d'une aire de covoiturage (illustration).
Un cycliste circulant à proximité d'une aire de covoiturage (illustration). — G.Michel/Sipa
  • Nantes métropole a voté vendredi son plan d'actions pour les déplacements jusqu'en 2027.
  • L'objectif de la collectivité est de réduire le nombre de voitures individuelles.
  • Des investissements importants seront consacrés à la bicyclette et au covoiturage.

Les représentants des 24 communes membres de Nantes métropole ont approuvé ce vendredi le nouveau plan de déplacements urbains (PDU) de l’agglomération nantaise. Valable jusqu’en 2027, cette feuille de route, qui bénéficiera d’un budget de 3,3 milliards d’euros, définit les grandes orientations en matière de transports. Quelles sont-elles ?

Réduire la voiture individuelle mais développer le covoiturage. Si l’automobile non partagée représentait en 2015 43 % des déplacements, Nantes métropole veut descendre à 27 % à l’horizon 2030. Le covoiturage, à l’inverse, sera nettement encouragé. Des voies réservées aux véhicules transportant au moins deux personnes seront expérimentées sur les grands boulevards et pénétrantes (route de Pornic, route de Rennes, pénétrante sud, Prairie de Mauves). Un concept déjà en vigueur dans de nombreux pays, notamment aux Etats-Unis. « On ne veut pas bannir la voiture, on veut optimiser son usage », résume Bertrand Affilé, vice-président de Nantes métropole.

Aux Etats-Unis (ici en Californie), des voies sont réservées au covoiturage.
Aux Etats-Unis (ici en Californie), des voies sont réservées au covoiturage. - Getty images

Développer vraiment la pratique du vélo. La bicyclette ne pèse aujourd’hui que 3 % des déplacements. L’objectif du PDU sera d’atteindre 12 % en 2030. « Ce ne sera pas facile, mais on ne peut pas renoncer à être ambitieux », insiste Bertrand Affilé. Pour tenter d’y arriver, Nantes métropole va aménager des axes cyclables permettant de franchir le périphérique ou de relier les communes entre elles. C’est en effet en périphérie de Nantes que « la marge de progression est la plus importante ». Les services de location de vélo de courte et longue durée ont déjà été musclés à la rentrée. Le stationnement sécurisé sera développé.

Rendre les transports en commun plus attractifs. Environ 15 % des déplacements quotidiens dans la métropole se font en bus ou en tramway. Un taux jugé « satisfaisant » que Nantes métropole espère seulement faire passer à 16 %. Comme cela a déjà été annoncé, les services vont continuer se développer : tramway sur l’île de Nantes, ligne 1 prolongée à La Chapelle-sur-Erdre, busways plus grands, nouvelles lignes chronobus, nouvelle navette fluviale… Les élus veulent aussi augmenter davantage les places de parkings-relais : +3.000 entre 2014 et 2020 puis +2.000 entre 2020 et 2026.

Un tramway de la ligne 1.
Un tramway de la ligne 1. - FABRICE ELSNER/20MINUTES

Apaiser la ville en réduisant les vitesses. Pour encourager les déplacements doux, en particulier la marche à pied sur les courtes distances, Nantes métropole veut rassurer les habitants en réduisant les vitesses de circulation à 30 km/h maximum « dans les centre-bourgs, les lotissements, les quartiers peuplés ». L’objectif est d’atteindre 70 % des voiries apaisées d’ici 2027. La part de la marche, actuellement de 26 %, doit passer à 30 % en 2030.

Les élus de l'opposition ont regretté ce vendredi « l'absence de volontarisme » concernant les besoins de nouveaux franchissements de Loire, l'absence d'éléments précis concernant la desserte de l'île de Nantes ou la transformation du secteur Petite-Hollande qui pourrait conduire à piétonniser une partie des voies sur berge. Ils déplorent aussi le niveau élevé des tarifs des transports en commun nantais.