La tour Bretagne, au fond, avec sa rampe d'accès inutilisée.
La tour Bretagne, au fond, avec sa rampe d'accès inutilisée. — Frédéric Brenon / 20 Minutes

SANTE

Nantes: Les 800 salariés de la Tour Bretagne devront être relogés pendant le désamiantage

Le chantier de désamiantage de la tour, plus complexe que prévu, est repoussé et nécessite le déménagement des salariés...

  • De l'amiante a été découverte dans les volets et gaines de désenfumage de la tour Bretagne.
  • Le chantier de désamiantage est repoussé à la fin d'année, au plus tôt.
  • Il faudra évacuer le personnel pendant les travaux.

La situation de la tour Bretagne ne s’arrange pas vraiment. Fin janvier, de nouvelles traces d’amiante étaient découvertes sur certaines gaines de désenfumage de l’édifice nantais de 32 étages. S'ils ne présentent pas de danger immédiat pour le personnel, ces nouveaux éléments toxiques compliquent les travaux de sécurité incendie et de désamiantage (retrait des volets de désenfumage) initialement prévus pour démarrer au printemps 2018.

Selon le conseil syndical de la tour, qui s’est réuni ce mercredi, le chantier ne devrait pas se dérouler avant la fin décembre 2018. Et pour des raisons de précautions sanitaires, il faudra, préalablement, organiser le déménagement provisoire des salariés travaillant aux étages concernés. 

Près de 800 salariés concernés au total

L’Etat, Nantes métropole et la ville de Nantes ont fait savoir ce mercredi qu’elles allaient reloger leurs personnels « dans le respect des conditions de travail » avant fin décembre. Quelque 290 agents travaillent pour les services de l’Etat (Finances publiques, Direccte) dans la tour. La mairie de Nantes et Nantes métropole emploient, eux, 220 personnes dans le bâtiment.

>> A lire aussi : Les «amiantés du Tripode» dénoncent des décès «dissimulés»

Mais la tour Bretagne héberge également plusieurs entreprises privées, employant un total d’environ 300 personnes. Celles-ci devront, elles aussi, quitter la tour pendant les travaux. Tout comme le bar Le Nid situé au dernier étage. « On ne connaît pas encore le calendrier, ni même la durée des travaux. Comme tous les occupants, nous sommes dans l’attente des avancées techniques », commente Eric Warin, directeur du Centre de communication de l'Ouest (CCO), propriétaire du Nid.

« Ecarter tout risque de contamination »

« Nous sommes satisfaits de cette annonce car nous réclamions que le chantier se fasse en site libéré afin d’écarter tout risque de contamination, commente un agent des Finances publiques, membre du syndicat CGT. Néanmoins, ce déménagement pose un certain nombre de questions. Où seront relogés les agents ? Pendant combien de temps ? Que va-t-il se passer pour le personnel de sécurité et de ménage ? »

Erigée en 1976, la tour Bretagne (144 mètres) est l’une des plus hautes tours de bureaux de province.