Des sauveteurs du SDIS 44 sur la Loire.
Des sauveteurs du SDIS 44 sur la Loire. — Photo SDIS 44 Michael Gues

SECURITE

Nantes: Profondeur, température, courant... On vous dit tout sur les dangers de la Loire

Samedi matin, un jeune homme a été sauvé de la noyade par les pompiers. « 20 Minutes » a interrogé deux haut gradés du SDIS 44, habitués au sauvetage en Loire…

  • Le SDIS 44 donne quelques conseils si vous tombez ou si vous voyez quelqu’un tomber dans la Loire.
  • Température très froide, courants multiples, eau très trouble… La Loire est un fleuve très dangereux.

Le drame a été évité de justesse. Samedi, peu avant 6h, un jeune homme est tombé dans la Loire au niveau du Hangar à Bananes à Nantes. Prévenus immédiatement, les pompiers-plongeurs ont pu sauver la victime de la noyade, alors qu'elle commençait à être emportée par les courants.

>> A lire aussi : Nantes: La mairie annonce des mesures pour la sécurité du Hangar à Bananes et ses alentours

Après qu'une vingtaine de bouées supplémentaires ont récemment été installées le long de la Loire, « 20 Minutes » a décidé de contacter le Service départemental d’incendie et de secours de Loire-Atlantique pour en savoir plus sur les dangers de la Loire. 381 interventions à caractère nautique ont été réalisées par le SDIS 44 en 2017 sur la Loire-Atlantique, dont 90 sur le secteur de Nantes (comprenant Loire-Erdre). 33 personnes ont été sauvées.

Le Capitaine Méni et le Lieutenant-Colonel Bonnet ont répondu à toutes les questions qu’on se pose sur ce fleuve à Nantes.

>> Quels sont les conseils si on tombe de manière accidentelle dans la Loire ?

Capitaine Régis Méni, chef du centre nautique départemental : « Le premier conseil est de ne pas tomber en Loire, ça paraît idiot, mais c’est important de le dire. La Loire est un fleuve très dangereux et capricieux. Il a des courants particulièrement puissants. Très rapidement, vous êtes emmenés par le sens du courant. Le froid va aussi rapidement saisir la personne qui tombe à l’eau. Très vite, le corps va suivre le courant et ça ne sert à rien de lutter contre ce dernier. Je ne pense pas que la personne qui tombe à l’eau va avoir le réflexe de faire la planche [se mettre sur le dos]. En fait, il faut essayer de rester en surface en ayant des gestes les plus économiques possible, de suivre le mouvement du courant et essayer d’agripper quelque chose (une estacade, un tronc d’arbre etc.). »

>> Quels sont les conseils si on voit une personne tomber dans la Loire ?

Capitaine Régis Méni, chef du centre nautique départemental : « Pour la personne qui veut faire un sauvetage, il faut déjà prévenir tout de suite les secours. Les chances de survie de la personne en Loire sont beaucoup plus importantes si les secours sont prévenus tout de suite. Il faut savoir assurer le repérage de la personne : où elle est tombée et dans quel sens elle dérive. On a besoin de ces éléments pour intervenir et pour déterminer, en fonction des marées et des coefficients, la zone dans laquelle on peut retrouver plus facilement la personne. À cette saison, même si vous êtes un excellent nageur, ça sera particulièrement difficile de sauver une personne. »

Lieutenant-colonel Xavier Bonnet, coordinateur départemental des équipes spécialisées : « Si l’événement intervient à marée descendante, le courant naturel est accéléré. Ça sera encore plus compliqué d’intervenir. Mais c’est vraiment lié à la condition physique de celui qui voit l’événement. Est-ce qu’il se sent en capacités de se jeter à l’eau ? On n’en voudra à personne de ne pas porter secours en sautant en Loire. Les bouées sont là pour éventuellement participer au sauvetage. Plusieurs choses font que c’est plus difficile d’intervenir en Loire : la puissance du courant, la température et l’absence de visibilité quand on a sous l’eau. »

>> Quelle est la température actuelle de l’eau en Loire ?

Capitaine Régis Méni, chef du centre nautique départemental : « La température de l’eau est extrêmement froide 6 ou 7 °C actuellement. La capacité pour résister à cette température dépend de quatre facteurs pour une personne qui tombe : de l’âge de la personne, de sa condition physique, de sa capacité à résister au froid [notamment par sa couche adipeuse] et de ce qu’elle porte sur elle comme vêtements. En ce moment, on ne peut pas tenir plus de dix minutes avant de tomber en hypothermie sérieuse. La température de l’eau varie évidemment selon les saisons. En plein été, elle peut avoisiner en surface, comme la mer, les 17 °C ou 18 °C. »

>> Quelle est la profondeur moyenne de la Loire ? L’eau est-elle transparente ou opaque ?

Capitaine Régis Méni, chef du centre nautique départemental : « Sur Nantes, il y entre 12 et 15 m de profondeur en moyenne. Il y a néanmoins un trou de plus de 20 m au niveau du Pont de Pirmil. »

Lieutenant-colonel Xavier Bonnet, coordinateur départemental des équipes spécialisées : « On ne voit pas ses mains quand on tend le bras. On ne voit rien. C’est pour ça qu’il faut se laisser porter quand on tombe à l’eau, mais la réaction des uns et des autres ne se maîtrise pas. »

>> A lire aussi : Nantes: Au Hangar à bananes, la sécurité pose encore question