FC Nantes: Qui a dit «Ce n'est pas demain la veille que le FCN quittera la Jonelière»?

FOOTBALL Un indice : Il fait de la politique...

D.P. avec F.B.

— 

Claudio Ranieri à l'entraînement avec son groupe à la Jonelière.
Claudio Ranieri à l'entraînement avec son groupe à la Jonelière. — DAMIEN MEYER / AFP

Depuis plusieurs semaines, Waldemar Kita, le président du FCN, ne cache pas qu’il se trouve de plus en plus à l’étroit au centre d’entraînement de la Jonelière. La semaine dernière, la Direction technique nationale (DTN) a maintenu le classement du centre de formation du FCN en catégorie 1, tout en laissant un an au club pour se mettre en conformité avec un cahier des charges très précis (un terrain dédié à la formation etc.)

Le 10 janvier dernier, Ouest-France nous apprenait que le FCN était très intéressé par le château de la Pervenchère, à Casson, au nord de Nantes (à 25 minutes de la Jonelière), pour y transférer la section professionnelle. Ce point de chute est finalement totalement abandonné car il semble être jugé trop loin de la Jonelière et trop cher (avec tous les travaux à réaliser).

>> A lire aussi : Les pros pourraient quitter la Jonelière pour rejoindre Casson, au nord de Nantes

Le site du parc de la Roseraie ciblé

Le FCN continue à prospecter aux alentours de la ville. Ce mardi, interrogé à ce sujet à la mairie de Nantes, Pascal Bolo (PS), premier adjoint au maire et vice-président de Nantes métropole en charge du sport de haut niveau, a reconnu qu’un site était actuellement ciblé par la direction nantaise: la plaine de jeux du parc de la Roseraie, au bord de l'Erdre. Le club pourrait y déplacer une partie de ses installations, notamment pour la section féminine.

 « Les études sur le site  du parc de la Roseraie [route de Saint-Joseph à Nantes], où la ville a des terrains, sont en toujours en cours, indique Pascal Bolo. On leur a proposé un bail emphytéotique. On est en discussions. Je pense que le FCN se pose des questions. » 

Puis, il a conclu : « Personne n’a très envie de quitter la Jonelière, je crois. Et un éventuel déménagement ne s'improvise pas. Pour résumer, ce n’est pas demain la veille que le FC Nantes quittera la Jonelière ! »

Pascal Bolo, premier adjoint au maire de Nantes et vice-président de Nantes métropole en charge du sport de haut niveau.
Pascal Bolo, premier adjoint au maire de Nantes et vice-président de Nantes métropole en charge du sport de haut niveau. - FABRICE ELSNER/20MINUTES