Notre-Dame-des-Landes: La fameuse route 281 est déblayée mais reste interdite à la circulation

ABANDON DU PROJET D'AEROPORT La préfète de Loire-Atlantique s'est rendue sur la «route des chicanes» ce vendredi matin pour vérifier qu'elle avait bien été nettoyée...

Frédéric Brenon

— 

Sur la RD 281 reliant Vigneux à Notre-Dame-des-Landes, vendredi 26 janvier 2018.
Sur la RD 281 reliant Vigneux à Notre-Dame-des-Landes, vendredi 26 janvier 2018. — F.Brenon/20Minutes

« C’est une étape fondamentale », se réjouit la préfète de Loire-Atlantique. Nicole Klein a pu le constater par elle-même ce vendredi matin : la route départementale 281, surnommée « route des chicanes » depuis cinq ans en raison des divers obstacles et barricades qui l’encombraient, a été entièrement dégagée.

Seules quelques cordes faisant office de ralentisseurs entravent la chaussée. Plusieurs dizaines d’opposants au projet d’aéroport avaient participé à son nettoyage cette semaine en réponse à la demande exprimée par le Premier ministre à la suite de l'abandon du projet d'aéroport.

« Un signe d’ouverture »

« On peut rouler sur la route. Il y aura besoin de travaux de réfection mais on peut déjà y rouler. C’est une bonne chose de faite, un signe d’ouverture. Je crois que les riverains attendaient ça avec impatience », a commenté la préfète qui s’est rendue au cœur de la ZAD, a arpenté l’axe routier, puis a discuté avec des anti-aéroport, sous haute protection policière.

La préfète de Loire-Atlantique, Nicole Klein, est allée sur la ZAD vendredi 26 janvier 2018.
La préfète de Loire-Atlantique, Nicole Klein, est allée sur la ZAD vendredi 26 janvier 2018. - F.Dubray/Ouest-France

« Il y a plein de gens sur la ZAD qui ne supportent pas les flics. Et pourtant il n’y a pas eu de geste agressif [hormis quelques fessiers exhibés en signe de défiance]. Ça veut dire qu’il est en train de se passer quelque chose », espère Philippe, un riverain ayant participé aux travaux sur la route.

Le département doit effectuer un diagnostic

Précision de taille : la RD 281 reste, pour l’heure, interdite à la circulation. Le conseil départemental attend en effet de mener un diagnostic sur l’état de la chaussée avant d’autoriser la reprise du trafic.

L'une des entrées de la RD 281, à Vigneux-de-Bretagne.
L'une des entrées de la RD 281, à Vigneux-de-Bretagne. - F.Brenon/20Minutes

Un premier travail d’évaluation sera effectué lundi par le département, annonce la préfète. « Il y en aura probablement pour un mois », indique-t-elle. L’Etat se dit prêt à prendre en charge financièrement les opérations. Leur montant pourrait avoisiner 600.000 euros, selon la préfecture.

« Pour certains, ce n’était pas facile à vivre »

« Pour en arriver là, il y a eu beaucoup de discussions, parfois animées, entre les uns et les autres, explique Bernard, opposant historique au projet. Il y avait des cabanes à déplacer et à démonter. Pour certains, ce n’était pas facile à vivre. » « Jusqu’à jeudi, il a fallu discuter, confie Philippe. Mais on a réussi tous ensemble. Il n’y avait plus de justification à garder cette route bloquée. »

La préfète de Loire-Atlantique a de nouveau invité les habitants de la ZAD à « régulariser leur situation » avant le 30 mars. « Ceux qui ne veulent pas rentrer dans la légalité seront évacués », prévient-elle. Ne pourront rester « que les agriculteurs qui s’inscrivent dans l’état de droit », c’est-à-dire cotisant à la sécurité sociale agricole, « payant un fermage, l’eau, l’électricité ». « Je crois qu’il faut donner un peu de temps, ajoute Nicole Klein. Tout le monde n’a pas encore compris que l’aéroport n’allait pas se faire.

>> A lire aussi : VIDEO. Notre-Dame-des-Landes: Fin d'un projet qui traîne depuis cinquante ans