Nantes: Pont, tramway, liaisons ferroviaires... Ce que demande la métropole en guise de compensation

ABANDON DE NOTRE-DAME-DES-LANDES Après l'abandon du projet d'aéroport, les acteurs économiques et Nantes métropole veulent obtenir de l'Etat un soutien sur plusieurs sujets d'accessibilité...

Frédéric Brenon

— 

L'aéroport Nantes-Atlantique.
L'aéroport Nantes-Atlantique. — L.Venance/AFP
  • Johanna Rolland a réuni samedi une soixantaine d'acteurs du monde économique, du tourisme et de la recherche pour réfléchir à l'après Notre-Dame-des-Landes.
  • Six sujets traitant des transports seront soumis à l'Etat.

Comment rebondir après l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes ? C’est ce qu’ont tenté de répondre une soixantaine de chefs d’entreprise nantais, acteurs de l’économie, du tourisme, de l’enseignement supérieur et de la recherche réunis samedi à la demande de Johanna Rolland, maire de Nantes.

Bien sûr, il faudra moderniser l’aéroport Nantes-Atlantique. Mais tous ces déçus veulent voir plus loin pour « conforter la dynamique économique » de la métropole nantaise. Et comptent bien obtenir des aides de l’Etat en guise de compensation. Six demandes, portant sur le thème de l’accessibilité, ont ainsi été retenues.

Un tram jusqu'à l'aéroport et un nouveau pont sur la Loire

D’abord, l’amélioration « à court terme » de la connexion ferroviaire avec Paris, par « l’ajout de quatre allers et retours par jour, le doublement du nombre de trains quotidiens directs et la connexion renforcée aux aéroports ». A long terme, les acteurs ne réclament pas de ligne à grande vitesse (LGV) entre Le Mans et Nantes, contrairement à ce qu’on aurait pu penser, mais la « réalisation du contournement ferroviaire de Paris par la création du barreau sud ».

>> A lire aussi : Abandon de Notre-Dame-des-Landes: Une «trahison» et un «déni de démocratie» pour la maire de Nantes

Ce n’est pas tout, ils veulent aussi « l’accélération des aménagements prévus pour le périphérique », la création d’un «  nouveau franchissement de la Loire intra-périphérique » (entre les ponts de Cheviré et Anne-de-Bretagne) et le « financement par l’Etat d’un tramway desservant l’aéroport Nantes-Atlantique ». Enfin, les acteurs souhaitent aussi le « financement d’un projet ambitieux pour le grand port maritime Nantes-Saint-Nazaire ».

«Que l'Etat prenne ses reponsabilités»

« L’abandon du transfert de l’aéroport créé une nouvelle donne et nous invite à adapter notre stratégie, justifie Johanna Rolland. Forts de cette mobilisation, nous allons interpeller l’Etat pour qu’il s’engage concrètement à nos côtés et prenne ses responsabilités. »

Les discussions ne font assurément que commencer…