Insécurité: Y a-t-il déjà du mieux dans les transports en commun nantais?

SOCIETE La Semitan et l'Etat ont signé, mardi, une protocole visant à renforcer les liens entre policiers, gendarmes, et agents de la TAN...

Julie Urbach

— 

Forces de l'ordre et agents de la tam dans un tramway à Nantes
Forces de l'ordre et agents de la tam dans un tramway à Nantes — S. Salom Gomis/ SIPA
  • "Une nouvelle étape" dans la lutte contre l'insécurité a été franchie ce mardi avec la signature d'un accord entre police, gendarmerie et transports en commun nantais.
  • Mais quelques mois après l'escalade de violence à l'encontre des agents de la Semitan et la mise en place de premières mesures, le bilan est encore mitigé.

Mardi après-midi, station Neustrie sur la ligne 3 du tramway nantais. Des agents de la TAN montent à bord de la rame accompagnés de policiers armés et d’un chien… le tout pour une banale opération de contrôle de billets. Les usagers des transports en commun nantais vont devoir s’habituer à cette scène.

Ce mardi, un protocole a en effet été signé entre la Semitan et l’Etat pour renforcer les liens entre les forces de l’ordre et les agents de la société de transport en commun nantaise. S’il ne contient pas de nouvelles mesures, il prévoit la formation des conducteurs et contrôleurs par la police ou la gendarmerie, ou encore le renforcement de ces opérations de contrôle conjointe. « Une nouvelle étape » a été franchie dans la lutte contre l’insécurité, selon la préfecture.

>> A lire aussi : Les agents de la TAN racontent le «stress», les «coups», et les «points de suture»

Il faut dire que depuis l’escalade des faits de violence et agressions à l’encontre des personnels l’été dernier, les autorités tentent de déployer diverses mesures pour enrayer l ’insécurité dans les transports. « Aujourd’hui, le climat s’est apaisé », estime Pascal Bolo, le président de la Semitan. « Les renforts de la police nationale, la campagne contre les incivilités… Ces engagements ont été tenus et ont montré leur efficacité ». Selon la Semitan, il n’y aurait pas eu d’incident grave ces dernières semaines. Mais 634 atteintes aux personnes, clients ou personnels de la TAN, ont été recensées sur toute l’année 2017 (contre 680 en 2016). Les atteintes à la tranquillité (alcool, bagarres…) sont aussi en hausse.

Bilan mitigé

Du côté des agents et des passagers, le ressenti est un peu plus contrasté. « Effectivement, les agressions violentes se sont calmées et la police est plus réactive, mais les coups de pieds ou les insultes qui visent les personnels n’ont pas cessé, déplore Gabriel Magner, délégué syndical CFDT. Les petits groupes à Commerce sont revenus, la soirée du 31 décembre ne s’est pas très bien passée… Il faut de l’humain supplémentaire. »

>> A lire aussi : Nantes: Comment les autorités veulent enrayer l’insécurité dans les transports

Une présence qui rassure certains voyageurs, mais qui en trouble d’autres. « Peut-être qu’il y a moins de violence, mais on ne se sent pas tranquille quand on voit des CRS, estime Claire, qui rentre du collège. Ca donne l’impression qu’il se passe quelque chose de grave. » « Il faut que les forces de l'ordre restent présentes de façon permanente », estime quant à lui Maxime.

Pour 2018, la Semitan prévoit le recrutement d’une dizaine d’agents supplémentaires qui seront exclusivement dédiés au PC Sécurité. Elle promet aussi que les plaintes de ses agents seront traitées avec davantage d’attention. La police, elle, ne nie pas qu'il y a encore beaucoup à faire notamment sur le secteur Commerce, « ce point noir».« Ca va quand même dans le bon sens, estime un contrôleur. Maintenant, il faut voir si ça porte vraiment ses fruits. »