Pays de la Loire: La région confrontée à une épidémie de bronchiolite

SANTE La maladie resiratoire touche essentiellement les enfants de moins de deux ans...

F.B.

— 

Un enfant souffrant de bronchiolite est ausculté par une pédiatre.
Un enfant souffrant de bronchiolite est ausculté par une pédiatre. — F.Durand/SIPA

C’est un grand classique de chaque début d’hiver. Le seuil épidémique de bronchiolite vient d’être franchi en Pays de la Loire, annonce l'agence régionale de santé (ARS), laquelle se base sur les consultations de SOS Médecins et les passages aux urgences pédiatriques des CHU de Nantes et d’Angers. Cette maladie très contagieuse des petites bronches provoque toux, gêne, sifflement et fièvre, des symptômes parfois spectaculaires. 

Elle touche chaque année près de 30 % des enfants de moins de deux ans. Le virus se transmet par la salive, les éternuements, la toux, le matériel sali par ceux-ci et par les mains. Le rhume de l’enfant ou de l’adulte peut entraîner la bronchiolite du nourrisson.

Ne pas se rendre directement aux urgences

Inquiets, de nombreux parents ont tendance à se rendre directement aux urgences, souvent de leur propre chef. Ce qui entraîne généralement une congestion du service et des durées d’attente allongées, en particulier le week-end.

>> A lire aussi : Bronchiolite: Un vaccin va être testé par des chercheurs français

Pour éviter cette situation, il est recommandé aux parents de solliciter systématiquement leur médecin traitant ou le 15 avant de se déplacer. La plupart des cas ne nécessitent pas d’hospitalisation et se guérissent très bien à la maison.

Des gestes simples pour protéger bébé

En prévention de la maladie, l’ARS recommande de se laver systématiquement les mains à l’eau et au savon avant de s’occuper d’un bébé, d’éviter d’emmener le nourrisson dans des lieux publics où il pourra se trouver en contact avec des personnes enrhumées, d’éviter d’échanger les biberons, sucettes, couverts non nettoyés, d’aérer la chambre du nourrisson chaque jour.

En moyenne, une épidémie de bronchiolite entraîne près de 700 passages aux urgences et de 300 à 400 hospitalisations au CHU de Nantes.