Nantes: Le promoteur du nouveau stade déjà agacé par les critiques répétitives

URBANISME Le PDG du groupe Réalités, Yoann Joubert, dénonce des « procès d’intention » à l’encontre du projet YelloPark…

Frédéric Brenon

— 

Yoann Joubert, PDG du groupe Réalités.
Yoann Joubert, PDG du groupe Réalités. — F.Brenon/20Minutes

C’est ce samedi que débute la concertation publique du projet YelloParK. Portée par le président du FC Nantes et le groupe immobilier Réalités, l’opération 100 % privée vise à construire un stade, des logements et des services publics au quartier de la Beaujoire. S’il assure que 90 % des personnes qui lui parlent du projet « sont emballées », Yoann Joubert, PDG de Réalités, confie tout de même être agacé par les critiques répétitives d’une « minorité de supporters du FCN très active sur les réseaux sociaux ».

>> A lire aussi : La concertation publique de l'ambitieux projet YelloPark débute samedi

Il faut dire que, depuis l’annonce officielle du projet il y a deux mois, il ne se passe pas un jour sans que le promoteur herblinois ne se fasse interpeller sur Twitter. On lui reproche, pêle-mêle, d’avoir présenté un « projet déjà ficelé » dépourvu d’appel d’offres ou d’enquête publique, de profiter d’un « cadeau de la mairie », d’encourager la destruction d’un stade « en bon état » dans lequel les fans ont de nombreux souvenirs, de mettre en péril financièrement le FCN, de n’être « motivé que par l’argent », de collaborer avec Waldemar Kita suspecté d’évasion fiscale… Beaucoup trop de « raccourcis » et « contre-vérités », selon Yoann Joubert.

« Moi aussi j’ai le droit de me révolter »

« Leurs remarques sont éclairées sous l’angle de la déstabilisation, estime-t-il. Je ne sais pas quel est leur objectif, mais ils ne défendent pas l’intérêt du club. Ils ont d’autres intérêts. » Il poursuit. « Nous sommes prêts à tout entendre. Mais il faut faire une grande différence entre les procès d’intention, à la limite de la calomnie, et les objections factuelles. Seules ces dernières m’intéressent. J’ai beaucoup de mal avec la malhonnêteté intellectuelle. »

Est-ce vraiment une surprise d’être ainsi ciblé compte tenu de l’ambition du projet et de l’antipathie vouée par certains supporters à Waldemar Kita ? « Non, ce n’est pas une surprise, mais ça ne veut pas dire qu’on doit s’y habituer. Moi aussi j’ai le droit de me révolter », répond le patron de Réalités.

Yoann Joubert insiste sur sa conviction. « C’est un projet qui est globalement vertueux. Il va aider le club à grandir. Les supporters auront un superbe outil pour le spectacle. La métropole va récupérer des dizaines de millions d’euros au lieu d’en dépenser. C’est du gagnant-gagnant. » Et de citer des exemples. « A Arsenal, à la Juventus, à Lyon, vous croyez que les supporters n’étaient pas tout autant attachés à leur club et à son passé ? Bien sûr que si. Et ils ont réussi leur métamorphose là-bas. Pourquoi on n’y arriverait pas à Nantes ? »

>> A lire aussi : Nantes: Pour dire oui au nouveau stade, la métropole a imposé ses conditions

L’asso A La Nantaise veut mobiliser lundi

Particulièrement offensive vis-à-vis de YelloPark, l’association A La Nantaise, qui défend un projet d’actionnariat populaire au sein du FC Nantes, organise un « rassemblement ouvert à tous » lundi soir (19h) . Les membres y exprimeront le souhait d’une « véritable concertation ». De nombreux élus ont été invités à la soirée.

La Brigade Loire, le groupe de supporters réputé pour l’animation du kop de la Beaujoire, a, elle aussi, exprimé de « nombreux doutes » sur le projet YelloPark et demande à la mairie de Nantes sa suspension.