Nantes: Il veut nous faire boire des micro-algues au petit-déjeuner

CONSOMMATION Un entrepreneur nantais lance une boisson «bien être» à base de chlorelle fraîche...

Julie Urbach

— 

La boisson Green Bloom
La boisson Green Bloom — J. Urbach/ 20 Minutes
  • La commercialisation de Green Bloom commence cette semaine.
  • Ce breuvage est composé de chlorelle fraîche, une microalgue au fort pouvoir nutritionnel.

C’est bien vert, pas si désagréable en bouche, et on vous dira un peu plus tard quel goût ça a. Une nouvelle boisson plutôt surprenante est lancée cette semaine par une start-up nantaise (basée à Sainte-Luce). Green Bloom, c’est son nom, vous propose tout simplement d’ingurgiter des micro-algues vivantes au petit-déjeuner. « Un vrai concentré de bien-être », préfère dire Pierre Lainé, 42 ans, pour présenter son produit.

>> A lire aussi : Lunettes, carburant, bitume, à Nantes, on transforme les algues pour moins polluer

Car si « boire des algues » ne fait pas franchement envie, c’est tout ce que contient cette chlorelle qui a convaincu l’entrepreneur de lancer le breuvage. A l’instar de la spiruline, la micro-algue d’eau douce utilisée pour Green Bloom (200 millions de cellules dans 1 ml) est reconnue comme ayant un apport nutritionnel exceptionnel.

« L’idéal est de boire un verre de 10 cl tous les matins, détaille Pierre Lainé. La chlorelle apporte des protéines, de nombreux acides aminés, mais aussi des minéraux, de la vitamine B12, aide à la détox et à un meilleur transit… Ce n’est pas un médicament ou un remède miracle, mais c’est que du bon pour l’organisme. »

A consommer vivant

Si des comprimés ou des algues en poudre étaient déjà vendus, la start-up assure qu’elle est la première au monde à vendre un produit à base de microalgues fraîches. Ce qui garantirait un effet « optimal » de ce super-aliment, mais nécessite aussi toute une organisation pour le consommer. Car inutile de chercher Green Bloom dans les rayons de votre supermarché. La boisson est à commander en ligne, sur abonnement, pour 29€90 par mois. Une machine pour brasser le liquide vous sera livrée : objectif, que les algues continuent d’être au contact de la lumière, indispensable à la photosynthèse, et donc à leur survie.

Le consommateur peut choisir entre trois goûts différents : mentholé, acidulé ou pur. On a bu le dernier et on ne va pas encore faire durer le suspense : honnêtement, ça n’a pas beaucoup de goût, mais c’est tout à fait buvable. « Il y a des petites notes de sous-bois, assure Pierre Lainé. Certes, ce n’est pas le préféré de notre panel de testeurs (20 %). Mais c’est possible de le diluer avec de l’eau, du jus de fruit, ou même dans des cocktails. »

>> A lire aussi : Nos voitures vont-elles bientôt rouler avec du carburant aux microalgues?

Une ferme bretonne

Avec sa boisson, Green Bloom espère convaincre 1.000 abonnés d’ici la fin de l’année, 10.000 pour 2018, et notamment des seniors, végans, ou « toute personne qui a pris conscience que l’alimentation est un enjeu important pour la santé ». De quoi donner de l’activité à la ferme LDC Algae située en Bretagne dans les Côtes-d’Armor (maison mère de la start-up) qui cultive 7.000 tonnes de matière première par an, pour d’autres marchés également (cosmétique, nutrition animale…). Des projets de développement à l’international sont aussi à l’étude.