Notre-Dame-des-Landes: Philippe Grosvalet, nouveau pilote des pro-aéroport

AEROPORT Le socialiste succède à Bruno Retailleau à la tête du syndicat mixte aéroportuaire...

Frédéric Brenon
— 
Philippe Grosvalet, préisdent du conseil départemental de Loire-Atlantique.
Philippe Grosvalet, préisdent du conseil départemental de Loire-Atlantique. — JS Evrard/AFP

Le président du conseil départemental de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet, est depuis lundi le nouveau président du syndicat mixte aéroportuaire (SMA), l’organisation qui rassemble les collectivités finançant le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Le socialiste remplace Bruno Retailleau (LR), lequel, frappé par le cumul des mandats, démissionne de son poste de président du conseil régional des Pays de la Loire.

« Il est inenvisageable que l’Etat recule »

Comme son prédécesseur, Philippe Grosvalet se montre déterminé à faire aboutir le projet, malgré les incertitudes. « Après 178 décisions de justice et le vote clair des citoyens directement concernés, il est inenvisageable que l’Etat recule sur ce transfert. Notre responsabilité, comme décideurs publics, c’est de faire respecter le vote populaire et d’assurer la conduite de ce projet. C’est pourquoi nous attendons du Président de la République qu’il fasse respecter le droit et la démocratie. C’est l’attente de toutes les collectivités engagées sur ce projet. »

Décision attendue le 1er décembre

Trois médiateurs recueillent les avis des pro et anti aéroport depuis juin. Leur travail servira de base à une prise de décision de l’Etat le 1er décembre. Inquiet, Philippe Grosvalet a déjà fait savoir que le SMA n’excluait pas d’attaquer l’Etat en justice si ce dernier n’honorait pas le contrat passé avec le concessionnaire.

Le syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest (SMA) regroupe les 20 collectivités locales bretonnes et ligériennes investies dans le projet d’aéroport du grand Ouest dont six participent au financement de la plateforme et de sa desserte routière.

>> A lire aussi : Notre-Dame-des-Landes: «Une grille de lecture contemporaine et une autre passée», selon Hulot