Inégalités salariales: «Une femme qui négocie son salaire est vue comme une opportuniste»

INTERVIEW Dans les Pays de la Loire, en 2013, les femmes ont gagné en moyenne 26 % de moins que les hommes. « 20 Minutes » a interrogé Anne-Laure Guihéneuf, responsable de la chaire RSE à Audencia Nantes…

Propos recueillis par Julie Urbach

— 

Illustration poignée de main.
Illustration poignée de main. — VALINCO/SIPA
  • Une étude de l’Insee, publiée ce vendredi, pointe des inégalités salariales et des différences d’accès à l’emploi qui perdurent entre les hommes et les femmes de la région.
  • Des sujets que connaît bien Anne-Laure Guihéneuf, membre la chaire RSE de Audencia à Nantes.

En 2013, dans les Pays de la Loire, les femmes ont été payées 26 % de moins que les hommes. Et cet écart est le deuxième plus important de France métropolitaine, selon une note publiée ce vendredi par l’Insee.

Autres enseignements : 36 % des femmes de la région exercent un emploi pour lequel elles sont surqualifiées, les métiers d’aide-ménagère ou de secrétaire comptent toujours moins de 10 % d’hommes, les jeunes diplômées sont plus fréquemment au chômage que leurs camarades masculins…

20 Minutes a lu cette étude avec Anne-Laure Guihéneuf, membre de la chaire RSE de l’école de commerce Audencia à Nantes. La structure vient de lancer des formations de négociation salariale à destination des femmes.

Un salaire inférieur de 26 % parce que l’on est une femme ? C’est énorme, non ?

Anne-Laure Guihéneuf est chargée d'études au sein de la chaire RSE de Audencia

C’est un chiffre hallucinant, et qui ne baisse pas tant que ça d’années en années. Il faut cependant bien le décortiquer, car il ne prend pas en compte le temps de travail et le type de poste. La différence est tout de même moins importante [13 %] à comparaison égale, ce qui veut dire que les femmes sont discriminées sur le salaire mais aussi à plein d’autres titres !

Elles gagnent moins car une large partie d’entre elles sont en temps partiel [une femme sur 3 en Pays de la Loire en 2013, contre 7 % des hommes]. Et les métiers sur lesquelles elles sont positionnées, même si ça évolue, sont les plus précarisés. Derrière, il y a la dimension sous jacente des stéréotypes, beaucoup plus difficile à mesurer.

>> A lire aussi : A Nantes, des femmes du numérique prennent la pose contre les clichés

Que constatez-vous à ce sujet ?

Que des messages passés de manière inconsciente, et ce depuis l’école, influencent les comportements en entreprise, par exemple pendant la négociation salariale. Quand un homme négocie, on salue son ambition. Quand c’est une femme, elle est vue comme une opportuniste ! Les femmes l’ont intériorisé et ont peur de donner une image négative. Pourtant, on constate que lorsqu’il s’agit de négocier pour leurs équipes, elles savent en général très bien le faire !

Selon l’Insee, ces différences se creusent avec l’âge avec un écart de rémunération qui atteint 28 % pour les salariés de plus de 55 ans…

Quand une femme rentre de son congé maternité ou parental, elle se dit qu’elle n’a pas été là pendant un moment, et cela crée encore des différences notables. Il y a aussi le syndrome de l’imposture qui peut paralyser : on sait par exemple qu’une femme attend d’avoir environ 80 % des compétences requises pour candidater à un nouveau poste. Pour un homme, seul 20 % suffisent.

Que faire pour que ça change ?

Il faut agir sur tous ces leviers, à toutes les étapes de la vie. Il y a aussi un vrai travail de pédagogie à faire avec les chefs d’entreprise, dont beaucoup n’ont pas conscience de la situation. Sur le plan législatif, en France, des textes ont été adoptés mais ce n’est pas suffisant. Certains pays ont pris des mesures plus drastiques, comme en Islande où les entreprises qui ne respectent pas l’égalité sont désormais hors la loi.

Il ne faut pas que la question soit considérée comme anecdotique, ou jugé comme « une problématique de femmes ». Pourtant, avec le choix d’un secrétariat d’Etat à l’égalité homme-femme plutôt que d’un ministère, je n’ai pas le sentiment que les choses vont vraiment évoluer en France. Mais j’espère me tromper.

>> A lire aussi : Egalité femmes-hommes, vers un dispositif pour prélever directement les amendes dans les entreprises