Notre-Dame-des-Landes: Ce dossier est «clairement une prise de tête», estime un médiateur

PROJET D'AEROPORT Un «point d'étape» a été fait, mardi soir, par les médiateurs nommés par le gouvernement pour trancher le dossier...

20 Minutes avec AFP

— 

La Zad sur le site de Notre-Dame-des-Landes, le 5 janvier 2016
La Zad sur le site de Notre-Dame-des-Landes, le 5 janvier 2016 — LOIC VENANCE AFP
  • Un rapport doit être remis au gouvernement le 1er décembre.
  • «Sur la centaine de questions qu'on s'est posées, ce n'est pas déterminant pour faire le choix, le choix, il sera politique», a estimé mardi un médiateur.

Ils s'étaient peu exprimé publiquement depuis le début de la démarche, en juin dernier. Les médiateurs nommés par le gouvernement pour sortir de l'impasse le projet contesté d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, en Loire-Atlantique, n'ont «pas d'intime conviction», a assuré l'un d'eux mardi à Nantes, réaffirmant que la décision finale serait «politique».

«Je n'ai pas d'intime conviction, pas plus aujourd'hui que j'en aurai demain», a déclaré Gérard Feldzer à la presse, à l'issue d'une réunion à la préfecture de Loire-Atlantique avec une centaine de participants, partisans et opposants au nouvel aéroport nantais.

Vieux de cinquante ans, relancé au début des années 2000, le dossier de Notre-Dame-des-Landes est «clairement une prise de tête, parce que les positions sont tranchées, sont violentes, de part et d'autre», a confié Gérard Feldzer. Il doit remettre, avec les deux autres médiateurs un rapport au gouvernement le 1er décembre. Le Premier ministre Edouard Philippe a promis une décision avant Noël.

>> A lire aussi : Notre-Dame-des-Landes, «une grille de lecture contemporaine et une autre passée», selon Hulot

«Tout a été listé»

Cette médiation «n'est pas un rapport de plus, on fait appel à des expertises extérieures et indépendantes, sur le bruit, sur les trajectoires, sur qui paye quoi, sur le réaménagement des pistes à Nantes-Atlantique, sur l'agriculture, sur la biodiversité. On a tout listé et il n'y a pas une chose qui nous aurait échappée», a poursuivi cet ancien pilote de ligne proche du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot.

Mais «sur la centaine de questions qu'on s'est posées, ce n'est pas déterminant pour faire le choix, le choix, il sera politique. On ne va pas l'orienter du tout, vraiment pas», a martelé Gérard Feldzer, répondant à certaines critiques formulées par les deux camps.

Les médiateurs du dossier Notre-Dame-des-Landes
Les médiateurs du dossier Notre-Dame-des-Landes - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Depuis l'installation de la mission et jusqu'à ce «point d'étape», «à peu près 200 personnes» ont été reçues par les médiateurs, selon Gérard Feldzer. Une liste complète des auditions menées et des travaux en cours a été mise en ligne mardi soir.

Ce qu'en pensent partisans et opposants

Le syndicat mixte aéroportuaire (SMA) du Grand Ouest, qui regroupe les collectivités participant au financement de la nouvelle infrastructure, ont immédiatement dénoncé, dans un communiqué, «une présentation orientée et partielle» de la part des médiateurs qui ont «surtout focalisé leurs analyses sur le réaménagement de Nantes Atlantique». «Les collectivités, qui avaient dénoncé la partialité de cette médiation, voient aujourd'hui leurs craintes renforcées (...)», déplore le SMA.

Les opposants au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes ont retenu de cette réunion que les médiateurs avaient «insisté sur le fait qu'il fallait rééquilibrer l'option Nantes-Atlantique et c'est quelque chose qu'on demande depuis très très longtemps», selon Thomas Dubreuil, l'avocat de deux associations anti-aéroport.